Coup d’Etat au Niger : les putschistes haussent le ton

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 1 min
Au Niger, les putschistes menaces les membres de la Cédéao de représailles
Coup d’Etat au Niger : les putschistes haussent le ton Au Niger, les putschistes menaces les membres de la Cédéao de représailles (France 2)
Article rédigé par France 2 - S. Dollé
France Télévisions
France 2
Près d’une semaine après le coup d’Etat au Niger, les putschistes ont réagi à l’ultimatum de la Cédéao. Ils se disent prêts à "riposter" contre "toute agression ou tentative d’agression".

Face à l’ultimatum de la Cédéao, les putschistes à la tête du Niger menacent. "La Cédéao étant impersonnelle, toute agression ou tentative d’agression contre l’Etat du Niger verra une riposte immédiate et sans préavis des Forces de défense et de sécurité nigériennes sur un de ses membres", ont-ils indiqué dans un communiqué. Pour tenter de trouver une sortie de crise, une délégation de la Cédéao est arrivée dans la nuit du 3 au 4 août à Niamey, à trois jours de la date buttoir qu’elle a fixée aux militaires pour rétablir le président Mohamed Bazoum.

Des ambassadeurs limogés

Face aux putschistes, les membres de la Cédéao restent fermes. Le Sénégal se dit prêt à intervenir. En riposte à la pression et aux lourdes sanctions internationales, les militaires ont également annoncé le limogeage de quatre ambassadeurs du Niger, dont ceux basés en France et aux Etats-Unis. Les liens avec Paris sont quasiment rompus. Jeudi 3 août, les putschistes ont déclaré dénoncer plusieurs accords militaires passés avec l’Hexagone. Près de 1 500 soldats sont stationnés dans le pays. 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.