Humanitaires : comment les ONG renforcent leur sécurité

Le meurtre de sept humanitaires au Niger le 9 août dernier ébranle le monde des ONG. Elles réclament un renfort de la protection pour les travailleurs humanitaires dans le monde.

France 3

Depuis janvier 2020, 74 humanitaires ont été tués. À Vénissieux (Rhône), dans le centre de formations pour travailleurs humanitaires, tous les élèves sont conscients du danger. Ils ont tous en tête le drame du Niger. « Ça a été un choc, on s’identifie à ces personnes, certaines étaient à notre place il y a moins d’un an, témoigne l’un deux. Je pense qu’il faut éviter de trop y penser et se concentrer sur notre mission. »

À chaque ONG son protocole de sécurité

Peut-on mieux protéger les humanitaires sur le terrain ? Ils sont aujourd’hui près de 600 000 à travers le monde, dans des zones de conflit de plus en plus nombreuses, ce qui explique en partie la multiplication des attaques. Pour se protéger, chaque ONG établit son propre protocole de sécurité. Médecins sans frontières privilégie l’étude en amont du terrain et le renforcement des installations sur place.

Le JT
Les autres sujets du JT
Un panneau à l\'entrée du bureau de l\'ONG Acted à Niamey, au Niger, le 10 août 2020.
Un panneau à l'entrée du bureau de l'ONG Acted à Niamey, au Niger, le 10 août 2020. (BOUREIMA HAMA / AFP)