Corruption en Mauritanie : "je suis victime d'un règlement de compte", clame l'ancien président Ould Abdel Aziz

Soupconné de corruption et de détournement de biens publics durant son mandat, l'ancien président mauritanien, Mohamed Ould Abdel Aziz dénonce l'arbitraire et des règlements de compte.

Article rédigé par
France Télévisions Rédaction Afrique
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
L'ancien président mauritanien, Mohamed Ould Abdel Aziz, lors de l'investiture de son dauphin, le 1er août 2019 à Nouakchott. Il a été marginalisé par le nouveau pouvoir. (SEYLLOU / AFP)

Mohamed Ould Abdel Aziz a décidé de briser le silence qu'il observait depuis qu'il a été détenu pendant plusieurs jours dans les locaux du siège de la surêté d'Etat à Nouakchott. L'ancien homme fort de la Mauritanie est sommé de rendre compte de sa gestion des biens publics durant sa présence de 11 ans à la tête du pays.

J'ai passé sept jours en détention arbitraire. Je suis victime d'un règlement de compte

Mohamed Ould Abdel Aziz, ancien président mauritanien

au cours d'une conférence de presse à Nouakchott

Interrogatoires policiers, retention de passeport, l'ancien homme fort de Mauritanie vient de passer une semaine entre les mains de la police. Il a été relâché le 24 août, avec l'interdiction de quitter Nouakchott, la capitale. Selon le rapport d'une commission d'enquête parlementaire mise en place en janvier 2020, monsieur Aziz doit répondre à de "fortes présomptions" de mauvaise gouvernance et de détournements de biens publics. Pour l'ancien président, cette commission est illégalement composée.

"Je connais parfaitement tous les membres de cette commission et pourquoi ils sont là. Chacun de ses membres traîne des affaires qui le disqualifient", affirme-t-il, sans donner plus de détails.

Lâché par ses anciens proches collaborateurs

Parmi les dossiers étudiés par la commission d'enquête parlementaire figurent la gestion des revenus pétroliers, la vente de domaines de l'Etat, la liquidation d'une société publique, ou encore les activités d'une société chinoise de pêche. Plusieurs de ses anciens Premiers ministres et ministres l'ont mis en cause à plusieurs reprises, dans des affaires non conformes à la loi mauritanienne, rapporte l'agence france presse.

Dans un premier temps, l'ex-président Aziz avait ignoré une convocation que la commission parlementaire lui avait adressée en juillet en arguant de l'immunité que lui confère son statut d'ancien président. Depuis, les députés ont voté une loi instituant une Haute Cour de justice compétente pour juger le chef de l'Etat en cas de "haute trahison".

"Un avertissement aux présidents africains"

Une affaire suivie avec beaucoup d'intérêt dans toute la région ouest-africaine. Pour le quotidien burkinabè Le Pays, la procédure engagée contre l'ancien homme fort mauritanien est à saluer, parce qu'elle revêt une importante valeur symbolique. " Le cas de Mohamed Ould Abdel Aziz devrait servir d'avertissement à tous les président africains qui confondent les poches de leurs vestes avec le trésor public", met en garde notre confrère.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.