VIDEO. Après la mort d'un soldat français au Mali, l'opération se poursuit

"Il y a beaucoup d'émoi et d'effervescence"' sur la base militaire française de Gao, dans le nord du pays, explique Loïc de La Mornais, envoyé spécial de France 2.

France 2 - Loïc de La Mornais

Le corps du sergent-chef Harold Vormezeele a été rapatrié dans la nuit de mardi à mercredi 20 février à Bamako, la capitale du Mali. Ce chef d'un commando de légionnaires français a été tué mardi dans de violents combats avec des groupes armés dans le nord du pays. Il s'agit du deuxième militaire français tué depuis le début de l'intervention française, le 11 janvier.

Après sa mort, "il y a beaucoup d'émoi et d'effervescence"' sur la base militaire française de Gao, dans le nord du pays, où sont concentrées les troupes françaises, raconte Loïc de La Mornais, envoyé spécial de France 2.

Il y a "un effet positif à cette opération" contre les jihadistes, lui a confié un officier. "Nous les avons trouvés, nous les touchons au cœur", a dit le gradé. Une vingtaine d'islamistes ont d'ailleurs été tués. Dans le massif montagneux des Ifoghas, où des groupes terroristes se sont retranchés près de la frontière algérienne, l'opération se poursuit.

Un soldat français à Gao (Mali), le 14 février 2013.
Un soldat français à Gao (Mali), le 14 février 2013. (PASCAL GUYOT / AFP)