Mali : une religieuse colombienne libérée après quatre ans de captivité aux mains de jihadistes

Selon une de ses collègues, Carmen Isabel Valencia s'était livrée à ses ravisseurs, en 2017, alors qu'ils s'apprêtaient à enlever deux religieuses plus jeunes.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min.
La sœur colombienne Gloria Cecilia Navarez pose aux côtés du président malien par intérim, le colonel Assimi Goïta, et de l'archévêque de Bamako, Jean Zerbo, à Bamako (Mali) après sa libération, le 9 octobre 2021 (FRANCEINFO)

Gloria Cecilia Narvaez est libre. Cette religieuse franciscaine colombienne, enlevée en 2017 par des jihadistes au Mali, a été libérée, samedi 9 octobre, a annoncé la présidence malienne. Saluant "le courage et la bravoure de la soeur", Bamako précise que cette heureuse issue est "le couronnement de 4 ans et 8 mois d'efforts conjugués de plusieurs services de renseignements".

Gloria Cecilia Narvaez avait été enlevée le 7 février 2017 près de Koutiala, à 400 km à l'est de Bamako. Elle travaillait alors comme missionnaire depuis six ans dans la paroisse de Karangasso, avec trois autres religieuses. Elle fait partie des Franciscaines de Marie Immaculée, une congrégation d'origine suisse fondée en 1893 et présente dans 17 pays.

"Elle est en bonne santé"

Selon une de ses collègues, soeur Gloria Cecilia Navarez s'était volontairement livrée à ses ravisseurs alors qu'ils s'apprêtaient à enlever deux religieuses plus jeunes. "Je suis la supérieure, emmenez-moi", avait-elle dit, selon cette collègue.

Le frère de l'ex-otage s'est dit ému, après avoir eu confirmation de la libération. "Dieu merci, elle est en bonne santé, ils m'ont envoyé des photos et elle a l'air bien", a réagi Edgar Narvaez. Evoquant "de nombreux mois de mobilisation" de son gouvernement, la ministre colombienne des Affaires étrangères, Marta Lucía Ramírez, a également souligné les "efforts humanitaires du gouvernement français pour contribuer à cette réussite".

Dans une lettre transmise en juillet dernier à son frère, Gloria Narvaez expliquait être détenue par "un groupe du GSIM", le Groupe de soutien à l'islam et aux musulmans, lié à Al-Qaïda. Pour rappel, un journaliste français, Olivier Dubois, a été enlevé, début avril, dans le nord du Mali, par des jihadistes affiliés à Al-Qaïda.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Mali

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.