La visite d'Eric Zemmour sur une base militaire à Abidjan agace le ministère des Armées

Le ministère des Armées avait autorisé le déplacement auprès des soldats sur place mais regrette "l'instrumentalisation politique" du candidat à l'élection présidentielle. 

Article rédigé par
Audrey Tison - franceinfo
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Hervé Grandjean, porte-parole du ministère des Armées, sur franceinfo le dimanche 3 janvier 2020. (FRANCEINFO / RADIO FRANCE)

Le porte-parole du ministère des Armées a réagi jeudi 23 décembre sur Twitter à la visite du candidat Eric Zemmour à Abidjan, en Côte-d'Ivoire, aux forces françaises de l'opération Barkhane présentes sur place.

Le candidat en avait fait la demande à l'Armée comme cela se fait régulièrement. "C'est une pratique républicaine tout à fait courante et légitime", précise le ministère.

Les candidats sont, en revanche, tenus de réaliser ces visites "dans la plus grande discrétion", sans média, sans images, pour "respecter les impératifs opérationnels et de confidentialité" et éviter "toute instrumentalisation politique".

Le porte-parole du ministère des Armées regrette que cet "engagement moral n'ait pas été tenu par un candidat". "Nous en tirerons les conséquences en ce qui concerne les prochaines demandes d'Eric Zemmour", s'est aussi agacé le cabinet de Florence Parly.

Ce vendredi 24 décembre, Eric Zemmour fait savoir par communiqué avoir "scrupuleusement" respecté les deux conditions fixées par l'armée : "Na pas montrer les visages des légionnaires, pour protéger leur anonymat (et) ne pas venir accompagnés de la presse".

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Mali

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.