Olivier Dubois, otage au Mali depuis 18 mois : quarante rédacteurs en chef appellent la France à agir pour sa libération "au plus vite"

Le journaliste indépendant, qui vit et travaille au Mali depuis 2015, avait lui-même annoncé son enlèvement le 5 mai 2021. La dernière preuve de vie date du mois de mars.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Olivier Dubois, le 14 septembre 2020, à Niori, au Mali. (MICHELE CATTANI / AFP)

Olivier Dubois, otage au Mali depuis 547 jours, 78 semaines, dix-huit mois : jamais depuis plus de trente ans, un journaliste français n'avait connu une si longue captivité. Quarante rédacteurs en chef de médias francophones appellent les autorités françaises à "accentuer leurs efforts pour obtenir au plus vite" la libération du journaliste, dans une tribune dans Libération, samedi 8 octobre.

>> Olivier Dubois détenu depuis 547 jours au Mali : sa sœur appelle le gouvernement à "réagir"

"Ce samedi 8 octobre 2022, cela fait exactement dix-huit mois qu'Olivier Dubois a été pris en otage dans le Nord du Mali", rappelle le texte, initié par le quotidien Libération et l'ONG Reporters sans frontières. "Nous renouvelons aujourd'hui notre appel aux autorités françaises pour qu'elles intensifient leurs efforts", exhortent les signataires, responsables de rédaction des différentes familles de l'information : presse quotidienne nationale, régionale, magazines, télévision, radios, sites d'information en ligne, agences de presse.

Une "torture quotidienne" pour sa famille

"C'est extrêmement difficile et émotionnellement épuisant, explique Marc De Boni, journaliste, ami proche d'Olivier Dubois, et président de son comité de soutien. Je parle évidemment de sa famille, pour qui c'est une torture quotidienne qui n'a pas de fin, et on voit ce sablier qui se remplit. Il y a l'alignement des planètes, la géopolitique. Et là-dessus, on n'a pas forcément de prise."

Sa dernière preuve de vie date de mars. Une vidéo où Olivier Dubois rassure sur son état de santé. Depuis, l'armée française s'est retirée du Mali, chassée par la nouvelle junte au pouvoir. Arnaud Froger, responsable du bureau d'investigation de Reporters sans frontières. "Plus le temps passe, plus on est à même d'être inquiets. C'est normal. Le contexte sur place n'est pas extrêmement favorable. Il est important qu'Olivier soit libéré au plus vite au regard de ce contexte. Ça doit décupler, on l'espère, la motivation des autorités d'œuvrer à sa libération."

Les autorités restent silencieuses sur l'avancement du dossier. Les proches d'Olivier Dubois, eux, essayent encore et toujours de lui transmettre ce message : nous nous battons et nous t'attendons.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Guerre au Mali

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.