Lynchage de Sébastien Judalet : quatre personnes condamnées aux travaux forcés à vie

Le procès des auteurs du lynchage et de la mise à mort de Sébastien Judalet et deux de ses amis vient de prendre fin à Madagascar. Retour sur l'affaire.

France 3

Sur l'île de Madagascar il y a deux ans, un touriste français et deux autres personnes avaient été lynchés avant d'être brûlés sur une plage. Le verdict vient de tomber sur les 37 accusés. Quatre sont condamnés aux travaux forcés à vie. Faute de preuves, les autres repartiront libres. Ils étaient pourtant plusieurs dizaines ce jour d'octobre 2013 à participer au lynchage de Sébastien Judalet, un Français de 38 ans, ainsi que deux de ses amis, un Italien et un Malgache. Les trois hommes seront ensuite jetés vivants dans un feu, sur la plage de Nosy Be (Madagascar), devant une foule impassive.

Mort d'un enfant de sept ans

À l'origine de ce massacre, la mort d'un enfant de sept ans. Faute d'auteur, la rumeur va désigner les touristes étrangers qui ne seraient autres que des pédophiles et des trafiquants d'organes. Des soupçons que l'enquête notamment à son domicile va rapidement balayer, mais trop tard. Ce chauffeur de bus parisien est mort à cause d'une rumeur qui s'est révélée sans fondement.

Le JT
Les autres sujets du JT
Des accusés jugés pour le lynchage de deux Européens et un Malgache, le 8 octobre 2015 à Antananarivo (Madagascar).
Des accusés jugés pour le lynchage de deux Européens et un Malgache, le 8 octobre 2015 à Antananarivo (Madagascar). (RIJASOLO / AFP)