Soupçons de financement libyen de la campagne de Nicolas Sarkozy : Thierry Gaubert mis en examen pour "association de malfaiteurs"

Soupçonné d'avoir touché des fonds provenant du régime libyen de Mouammar Kadhafi, pour alimenter la campagne de 2007 de Nicolas Sarkozy, Thierry Gaubert a été mis en examen vendredi 31 janvier pour "association de malfaiteurs".

Thierry Gaubert à Paris en octobre 2019
Thierry Gaubert à Paris en octobre 2019 (AURELIEN MORISSARD / MAXPPP)

Thierry Gaubert, l'ancien collaborateur de Nicolas Sarkozy a été mis en examen vendredi 31 janvier pour "association de malfaiteurs", dans l'enquête sur des soupçons de financement libyen de la campagne 2007 de Nicolas Sarkozy, a appris lundi 3 février franceinfo de source judiciaire.

À 68 ans, Thierry Gaubert est soupçonné d'avoir touché des fonds provenant du régime libyen de Mouammar Kadhafi, qui auraient pu alimenter la campagne de Nicolas Sarkozy.

C'est également vendredi 31 janvier qu'un autre protagoniste de cette affaire, Alexandre Djouhri, a été mis en examen notamment pour "corruption active" et "blanchiment". Cet homme d'affaires de 60 ans avait été arrêté en janvier 2018 à Londres, en vertu de mandats d'arrêt européens émis par la justice française. La justice britannique a autorisé son extradition mercredi 22 janvier. L'extradition d'Alexandre Djouhri était très attendue par les juges d'instruction français, les investigations ayant mis au jour plusieurs flux financiers suspects l'impliquant dans cette affaire.

Presque sept ans d'enquête 

Les juges enquêtent depuis avril 2013 sur des accusations formulées par l'intermédiaire de Ziad Takieddine et d'ex-dignitaires libyens. Dans cette affaire, Nicolas Sarkozy a été mis en examen le 21 mars 2018 pour "corruption passive", "financement illégal de campagne électorale" et "recel de fonds publics libyens".

L'ex-secrétaire général de l'Elysée, Claude Guéant et Eric Woerth, l'ancien trésorier de la campagne ont également été mis en examen. La cour d'appel de Paris, saisie par Nicolas Sarkozy, doit examiner en mars sa requête d'annulation de sa mise en examen.