La CPI abandonne les poursuites contre le président kényan Kenyatta

La procureure a indiqué ne pas avoir assez de preuves pour démontrer la responsabilité d'Uhuru Kenyatta, poursuivi pour crimes contre l'humanité.

Le président Uhuru Kenyatta à Nairobi, au Kenya, le 29 octobre 2014.
Le président Uhuru Kenyatta à Nairobi, au Kenya, le 29 octobre 2014. (TONY KARUMBA / AFP)

La Cour pénale internationale (CPI) a abandonné les poursuites pour crimes contre l'humanité qui pesaient contre le président kényan Uhuru Kenyatta. La procureure, Fatou Bensouda, a indiqué dans un document officiel que l'accusation ne disposait pas d'assez de preuves pour démontrer, "au-delà du doute raisonnable, la responsabilité criminelle présumée d'Uhuru Kenyatta".

L'abandon des poursuites n'exclut toutefois pas "la possibilité de retenir de nouvelles charges" contre le président kényan, âgé de 53 ans. Uhuru Kenyatta était soupçonné de crimes contre l'humanité pour son rôle présumé dans les violences qui se sont déroulées entre fin 2007 et début 2008. Elles avaient fait plus de 1 000 morts et 600 000 déplacés au Kenya.

Kenyatta estime que la CPI lui a "donné raison"

Le président kényan a estimé que le tribunal lui avait "donné raison", après l'annonce de l'abandon des poursuites. "J'ai clamé à plusieurs reprises mon innocence devant le peuple kényan et le monde entier, a-t-il précisé dans un communiqué. Je le répète encore aujourd'hui : en ce qui concerne les incidents constitutifs des dossiers kényans à la CPI, ma conscience est parfaitement tranquille."