Cet article date de plus de deux ans.

L'un des ex-otages français au Burkina Faso présente ses "condoléances" aux familles des deux soldats morts pour les "libérer de cet enfer"

Laurent Lassimouillas a rendu hommage aux militaires tués, lors d'une courte déclaration à son arrivée au palais présidentiel de Ouagadougou, samedi matin.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Le président burkinabè, Roch Marc Christian Kaboré, recevant trois des quatre otages libérés dans le nord du Burkina Faso, le 11 mai 2019, au palais présidentiel de Ouagadougou. (ROCH MARC CHRISTIAN KABORE / TWITTER / AFP)

L'un des deux ex-otages français libérés dans le nord du Burkina Faso a rendu hommage aux soldats français morts pour les secourir. "Toutes nos pensées vont aux familles des soldats et aux soldats qui ont perdu la vie pour nous libérer de cet enfer. On voulait présenter nos condoléances tout de suite", a affirmé Laurent Lassimouillas, lors d'une courte déclaration devant la presse  au palais présidentiel de Ouagadougou, samedi 11 mai.

sonore_otagesburkina

Patrick Picque et Laurent Lassimouillas sont apparus le visage fermé et l'air fatigué. Les deux ex-otages français et l'ex-otage coréenne sont arrivés dans la matinée au palais présidentiel, où ils ont été accueillis par le président burkinabé, Roch Marc Christian Kaboré. L'ex-otage américaine, libérée en même temps que les trois autres ex-otages, n'était pas présente.

Les deux Français, ainsi que la Sud-Coréenne, sont attendus en France en début de soirée. Leur avion doit se poser sur la base aérienne de Villacoublay, près de Paris, à 18 heures. Ils seront accueillis par le président Emmanuel Macron et plusieurs hauts responsables du gouvernement et de l'armée. Mardi, un hommage national sera rendu à Paris aux deux militaires français qui ont été tués au cours de cette intervention : les maîtres Cédric de Pierrepont et Alain Bertoncello, membres du commando Hubert, unité d'élite de la Marine française.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.