Cet article date de plus de sept ans.

Attaque du centre commercial au Kenya : les assaillants pourraient avoir fui

Un rapport de la police new-yorkaise est très critique envers l'intervention des forces kényanes.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Une image d'une caméra de surveillance, publiée le 18 octobre 2013, montre l'un des terroristes dans le centre commercial de Westgate, à Nairobi (Kenya). (WESTGATE MALL CCTV / AFP)

Après l'attaque du centre commercial Westgate, à Nairobi (Kenya), le rapport de la police new-yorkaise, qui a envoyé des enquêteurs sur place, publié mardi 10 décembre, n'est pas tendre. Non seulement, les quatre terroristes responsables de l'attaque pourraient avoir pris la fuite avant l'assaut, mais un policier a été tué par les soldats, faute d'une communication efficace. Enfin, les forces de l'ordre ont profité de l'assaut pour piller le centre commercial, selon ce rapport.

L'attaque du Westgate a duré quatre jours en septembre et fait au moins 67 morts. Elle a été revendiquée par des islamistes somaliens shebabs. Ils ont dit avoir agi en représailles à l'intervention militaire kényane menée contre leur mouvement dans le Sud somalien depuis fin 2011.

La plupart des victimes tuées en une heure

Les forces de sécurité kényanes ont affirmé que tous les assaillants ont été tués à la fin de la prise d'otages dans le centre. Mais selon le rapport de la police new-yorkaise, les terroristes apparaissent pour la dernière fois sur les écrans de surveillance du centre commercial à 00h54 le 22 septembre, 12 heures après le début de l'attaque. "On ne sait pas si les terroristes ont été tués ou ont fui le centre commercial. Un des facteurs expliquant cette incertitude est le fait qu'un périmètre de sécurité n'a pas été maintenu autour du centre", déplore la police new-yorkaise.

Selon elle, la plupart des victimes ont "probablement" été tuées pendant la première heure de l'assaut, même s'il a fallu quatre jours aux forces kényanes pour rétablir la sécurité dans le centre. 

L'enquête de la police new-yorkaise met également en lumière une mauvaise communication entre police et armée. Cela a conduit à la mort d'un officier de police, tué par des soldats. Enfin, selon le rapporteur cité par NBC (article en anglais), alors que les soldats n'ont probablement tué aucun des terroristes, il existe des preuves physiques et des vidéos "significatives" que les militaires ont pillé le centre commercial.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.