VIDEO. Après l'attaque terroriste, les Kényans réclament davantage de sécurité

Plusieurs centaines d'étudiants ont manifesté, mardi, devant les bâtiments ministériels à Nairobi. "Nous ne sommes pas en sécurité", scandaient-ils, après l'attaque de la semaine dernière dans l'université de Garissa.

REUTERS et APTN

Les Kényans enterrent leurs morts après l'attaque terroriste perpétrée par les islamistes somaliens shebabs à Garissa, à 150 km de la frontière somalienne. La tuerie a fait 148 morts le jeudi 2 avril.

Plusieurs centaines d'étudiants ont manifesté, mardi 7 avril, dans les rues de Nairobi, la capitale kényane, jusque devant les bâtiments ministériels. "Nous ne sommes pas en sécurité", scandaient-ils.

Un deuil de plusieurs jours

Quant aux familles des victimes habitant Nairobi, elles peuvent, depuis mercredi, venir identifier les corps de leurs proches. La Croix-Rouge du pays et le cardinal John Njue, de l'Eglise catholique kényane, ont organisé le deuil, qui risque de durer plusieurs jours.

L'attaque, dans laquelle 142 étudiants, trois policiers et trois soldats ont été tués, est la plus meurtrière sur le sol kényan depuis l'attentat d'Al-Qaïda contre l'ambassade des Etats-Unis à Nairobi en 1998, qui avait fait 213 morts.

Manifestation d\'étudiants à Nairobi (Kenya), le 7 avril 2015.
Manifestation d'étudiants à Nairobi (Kenya), le 7 avril 2015. ( ANADOLU AGENCY / AFP)