Répression violente des Oromos d’Ethiopie

Le gouvernement éthiopien a décidé de mettre en place un programme de développement urbain. Ce «master plan» étalé sur 25 ans a pour finalité d’agrandir Addis Abeba pour y construire des infrastructures et attirer de nouveaux investisseurs. Mais les Oromos, qui représentent 32% de la population, inquiets pour leurs terres s’opposent à ce projet.

Des manifestations ont éclaté depuis 2014 dans le pays. Derrière ce mécontentement, se dessinent toute la frustration et la colère de cette ethnie, la plus importante d’Ethiopie. Si la capitale connaît un essor économique insolent depuis 10 ans, son développement se fait au détriment des Oromos, sur leurs terres. Par ailleurs, cette population s’est toujours sentie marginalisée : elle n’a jamais eu accès au pouvoir, contrairement à d’autres ethnies.  
111
AFP/ JANE SWEENEY / ROBERT HARDING HERITAGE / ROBERT HARDING
211
AFP/ HASSAN ISILOW / ANADOLU AGENCY
311
AFP/JEAN-PIERRE DE MANN / ROBERT HARDING HERITAGE / ROBERT HARDING
411
SYLVAIN CORDIER / BIOSPHOTO
511
REUTERS/Darrin Zammit Lupi
611
AFP/ HASSAN ISILOW / ANADOLU AGENCY
711
REUTERS/ Tiksa Negeri
811
ZACHARIAS ABUBEKER / AFP
911
ZACHARIAS ABUBEKER / AFP
1011
WILLIAM DAVISON / AFP
1111
AFP/ MINASSE WONDIMU / ANADOLU AGENCYd