Botswana : fin de la protection des éléphants

Il est désormais légal de tuer des éléphants au Botswana, en Afrique. Leur surnombre poserait des difficultés selon les autorités. Mais cette décision fait polémique.

Près de 75 000 éléphants vivent paisiblement dans la réserve de Chobe, au Botswana. Libres et sous bonne protection, car leur chasse est interdite depuis 2014. Leur nombre a augmenté sans cesse depuis, rendant difficile la cohabitation avec les hommes. "Ils ont besoin de notre protection. Mais quand il y en a trop, il faut limiter leur nombre, parce que ça crée des conflits avec les hommes. Les éléphants vont dans les champs et ils détruisent tout", raconte Fix Calienda, guide dans la réserve de Chobe.

Scandale ou mesure nécessaire ?

Le gouvernement a tranché : il autorise le prélèvement de 400 éléphants par an, sur les 130 000 que compte le Botswana au total. Des images de champs dévastés, de réserves d’eau piétinées et de villageois apeurés ont été diffusées pour justifier cette décision. Scandale ou mesure nécessaire ? WWF affirme que la chasse, dans certaines conditions, peut aider à la préservation de la faune. D’autres dénoncent une décision politique et une manière d’acheter les votes des paysans, à cinq mois de la prochaine élection présidentielle.

Le JT
Les autres sujets du JT
Des touristes face à un éléphant dans le parc national de Chobe (Botswana). 
Des touristes face à un éléphant dans le parc national de Chobe (Botswana).  (CHRIS JEK / AFP)