Cet article date de plus de huit ans.

Vidéo Egypte : 22 blessés dans des affrontements entre pro et anti-Morsi

Publié Mis à jour
APTN
Article rédigé par
France Télévisions

Partisans et opposants du président déchu ont par ailleurs refusé de rencontrer le secrétaire d'État adjoint de Etats-Unis, en visite officielle.

Des heurts, les premiers depuis une semaine, ont eu lieu au Caire (Egypte) lundi 15 juillet, lors de manifestations des partisans de l'ex-président Mohamed Morsi. 

Dans la soirée, les forces de l'ordre ont tiré des grenades lacrymogènes dans le centre du Caire, pour mettre fin à des accrochages entre pro-Morsi, automobilistes et passants du quartier de la rue Ramsès, mécontents de voir les manifestants bloquer l'une des principales artères de la ville. Ces derniers ont répliqué en lançant des pierres sur les policiers, ainsi que sur le pont du 6 octobre. "C'est l'armée contre le peuple. Ce sont nos soldats, nous n'avons pas d'armes", témoigne un manifestant.

L'émissaire américain snobé

Les deux camps sont tout de même d'accord sur un point : ils refusent de dialoguer avec les Etats-Unis et de rencontrer leur secrétaire d'État adjoint, en visite officielle.

Le parti salafiste Al Nour, deuxième mouvement islamiste après les Frères musulmans, et le Tamarod ("Rébellion"), à l'origine des manifestations massives qui ont conduit à la destitution de Mohamed Morsi, ont chacun annoncé avoir décliné l'invitation à rencontrer William Burns. "D'abord, [les Etats-Unis] doivent reconnaître le nouveau système", a déclaré le fondateur de Tamarod, Mahmoud Badr. "En second lieu, ils doivent présenter leurs excuses pour leur soutien au parti des Frères musulmans et au terrorisme. Ensuite, on verra."

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Egypte

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.