Centrafrique : Human Rights Watch accuse les paramilitaires russes de meurtres et torture sur des civils

L'ONG affirme détenir des "preuves convaincantes" que des mercenaires russes ont tué et torturé des civils depuis 2019.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Des soldats russes et rwandais à Bangui, en Centrafrique, le 27 décembre 2020. (NACER TALEL / ANADOLU AGENCY / AFP)

Détentions arbitraires, tortures, exécutions extra-judiciaires... Les organisations paramilitaires russes qui soutiennent le pouvoir en Centrafrique ont commis "de graves abus" sur des civils, dont des meurtres et tortures, "en toute impunité" depuis 2019, d'après un rapport de l'organisation Human Rights Watch (en anglais) publié mardi 3 mai.

L'ONG affirme détenir des "preuves convaincantes" que "des hommes parlant russe" ont "battu" puis "abattu" douze hommes "non armés" arrêtés à un barrage routier, en juillet 2021. Le rapport évoque aussi des détentions arbitraires et des exécutions sur des "hommes arrêtés au hasard dans la rue", en juin de la même année.

L'ONU et de nombreux pays occidentaux dénoncent la présence de mercenaires du groupe russe Wagner dans le pays, plongé dans la guerre civile depuis 2013. Des centaines de paramilitaires russes soutiennent le régime centrafricain depuis 2018, et des centaines d'autres ont été envoyés en renfort fin 2020 à la demande du président Faustin-Archange Touadéra, pour repousser une offensive rebelle qui menaçait Bangui. Mais leurs missions restent opaques, et ils ont déjà été accusés d'avoir massacré plus de 200 civils ces derniers mois.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Centrafrique

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.