Centrafrique : avec l’unité Wagner, la Russie espère étendre son influence

Publié
Durée de la vidéo : 2 min.
Article rédigé par
C. Guttin, M. Burgot, J. Gasparutto, L. Lacroix, B. Catrice, L. Mas, B. Mingot, D. Chevalier, B. Laigle - France 2
France Télévisions

Ce sont des miliciens russes qui, peu à peu, étendent leur influence en Afrique. La force Wagner, présente au Mali, agite aussi en Centrafrique. Selon un récent rapport, elle est même à la tête d’une unité soldats centrafricains. Des hommes qui se livrent à de nombreuses exactions.

Des soldats formés par l’Union européenne, passés sous la coupe de mercenaires à la solde de la Russie. Ce scénario ubuesque serait en train de se dérouler en République centrafricaine. Officiellement, la Russie n’envoie sur place que des instructeurs légaux dans le même camp que les Européens pour former l’armée centrafricaine. Ils ne doivent pas participer au combat.

Viols, pillages, exécutions sommaires

En réalité, ces hommes, des mercenaires, sont présents auprès des officiels du gouvernement. En tenue militaire, avec des armes mais sans insigne et le visage toujours masqué, sur les réseaux sociaux, ils utiliseraient une petite note de musique, en référence au compositeur Wagner, pour se reconnaître.

Depuis 2018, ils auraient formé et embrigadé des soldats centrafricains. En positionnant l’unité Wagner, la Russie espère étendre son influence en Afrique. Si ce groupe n’a pas d’existence légale, plusieurs rapports des Nations Unis dénoncent des exactions commises par ce groupe paramilitaire : viols, pillages, exécutions sommaires. Depuis peu, l’unité Wagner serait également présente au Mali.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.