"J'ai perdu l'amour de ma vie", témoigne la compagne de l'un des deux militaires tués au Burkina Faso

Florence Charton, qui était en couple avec Cédric de Pierrepont, s'est exprimée sur BFMTV dimanche.

Le militaire français, Cédric de Pierrepont, mort en opération au Burkina Faso, le 10 mai 2019.
Le militaire français, Cédric de Pierrepont, mort en opération au Burkina Faso, le 10 mai 2019. (MARINE NATIONALE)

Plus que "l'amour de [sa] vie", Florence Charton a "perdu un homme parfait". Sur BFMTV, la compagne de Cédric de Pierrepont, l'un des deux militaires tués en libérant des otages au Burkina Faso, témoigne. "On allait tout à fait ensemble, dit-elle. On avait acheté une maison dans laquelle on n'avait pas eu le temps d'habiter à cause de travaux." Elle parle d'un "bon vivant", de quelqu'un avec qui "tout était simple."

"J'étais prête à l'absence, mais je n'étais pas prête à le perdre", lâche-t-elle, les larmes aux yeux. Avant d'ajouter : "Je sais que si c'était à refaire, il y retournerait." 

Un hommage national mardi aux Invalides

Un hommage national sera rendu, mardi, à Cédric de Pierrepont et Alain Bertoncello. La cérémonie, qui aura lieu aux Invalides à partir de 11 heures, sera présidée par Emmanuel Macron.

Les deux hommes étaient membres du prestigieux commando Hubert, l'une des sept unités de commandos de la Marine nationale, basée à Saint-Mandrier, dans le Var. Maître Cédric de Pierrepont avait rallié cette unité en août 2012. "Il y occupait les fonctions de chef de groupe commando depuis le 1er avril 2018", précise la Marine nationale. De son côté, maître Alain Bertoncello faisait partie du commando depuis juillet 2017.