Finale de la CAN : 2 500 membres des forces de l'ordre seront mobilisés à Paris vendredi soir

Pour éviter de nouveaux débordements, une importante mobilisation policière sera mise en place dans le 8e arrondissement.

Des supporters de l\'Algérie font face à des CRS, le 11 juillet 2019, après la victoire de leur équipe en quarts de finale.
Des supporters de l'Algérie font face à des CRS, le 11 juillet 2019, après la victoire de leur équipe en quarts de finale. (DOMINIQUE FAGET / AFP)

C'est un dispositif digne du 14-Juillet qui attend les supporters des équipes d'Algérie et du Sénégal à Paris le soir de la finale de la Coupe d'Afrique des nations, vendredi 19 juillet. Le préfet de police de Paris a annoncé mercredi 17 juillet que 2 500 membres des forces de l'ordre seraient mobilisés dans le quartier des Champs-Elysées, où des débordements ont eu lieu lors des deux dernières victoires des Fennecs.

En quart de finale, "le 11 juillet, il y avait 650 policiers et gendarmes. Nous avons rehaussé notre niveau de mobilisation le 14 juillet en passant à 2 500. C'est le même chiffre que nous aurons vendredi soir", a expliqué le préfet de police, Didier Lallement, lors d'une conférence de presse.

"Un dispositif de protection des façades de bâtiments et de commerces et d'encadrement" sera mis en place sur "toute la longueur de l'axe Concorde, Tuileries et porte Maillot" avec une "surveillance en périphérie", a-t-il détaillé. Des effectifs supplémentaires seront déployés dans d'autres quartiers de Paris, comme à Barbès, ainsi qu'en Seine-Saint-Denis, a ajouté le préfet.

Dégradations, pillages et conduites dangereuses

Le 11 juillet, des façades de magasins avaient été dégradées et des concessions automobiles pillées. Une dizaine de motos avaient été volées sur l'avenue de la Grande-Armée. "Cette manifestation de joie doit rester ce qu'elle est : une manifestation de joie", a souligné le préfet de police.

Didier Lallement a en revanche estimé que la soirée du 14 juillet, après la qualification de l'Algérie en finale, avait été "tout à fait satisfaisante", tout en regrettant "les dégradations de commerces". Ce soir-là, 50 personnes ont été interpellées à Paris dans le cadre des incidents entre supporters et forces de l'ordre qui se sont déroulés notamment sur les Champs-Elysées. Et 202 ont fait l'objet de vidéo-verbalisation pour des conduites dangereuses de véhicules, selon la préfecture de police de Paris.

"Monter sur une voiture qui roule ou faire du wheeling sur son deux-roues au milieu d'une foule, c'est dangereux et pas très malin", a souligné Didier Lallement.

Les Champs-Elysées resteront ouverts

Mardi, le secrétaire d'Etat à l'Intérieur Laurent Nuñez a écarté l'idée de fermer les Champs-Elysées, une mesure notamment réclamée par la maire Les Républicains du 8e arrondissement de la capitale, Jeanne d'Hauteserre.

Dans la soirée de dimanche, un total de 282 personnes ont été arrêtées, principalement lors d'incidents dans plusieurs villes de France en marge de célébrations de la victoire de l'Algérie contre le Nigeria en demi-finale, mais aussi en raison de certains débordements lors des festivités du 14-Juillet.