Algérie : un nouveau gouvernement pour calmer la colère

En Algérie, une nouvelle équipe gouvernementale a été proposée pour tenter de mettre fin à la contestation initiée le 22 février. Selon deux chaînes de télévision, Abdelaziz Bouteflika s'apprête a annoncer sa démission.

FRANCE 3

Ce remaniement ministériel suffira-t-il à calmer la colère de la rue qui gronde depuis plus d'un mois ? Dimanche 31 mars, le président Abdelaziz Bouteflika a nommé un nouveau gouvernement, il est conduit par le Premier ministre Noureddine Bedoui qui aura mis vingt jours à le composer, essuyant de nombreux refus de l'opposition et de la société civile. Au final, il se compose de 27 ministres, dont de nouveaux venus en politique. Une équipe plus technocratique, dont seuls six membres font partie de l'ancien gouvernement. Parmi eux, le puissant ministre de la Défense, Ahmed Gaïd Salah, un très proche du président.

Vers une démission du président ?

Jeudi 28 mars, il a demandé la destitution d'Abdelaziz Bouteflika. Ce dernier pourrait démissionner dans les prochains jours, d'après plusieurs médias algériens. Certains observateurs annoncent d'ores et déjà des manifestations encore plus intenses dans les prochains jours.

Le JT
Les autres sujets du JT
Une manifestation de jeunes contre le président Bouteflika à Oran, en Algérie, le 5 mars 2019.
Une manifestation de jeunes contre le président Bouteflika à Oran, en Algérie, le 5 mars 2019. (- / AFP)