Algérie : la rue ne lâche rien

En Algérie, des centaines de milliers de personnes ont manifesté dans la capitale et d’autres villes du pays. Le retrait du président Bouteflika et le report de la présidentielle ne changent pas la donne.

Dans les rues d’Alger, une foule immense. Les drapeaux étaient portés à bout de bras vendredi 15 mars. Les personnes sont juchées sur les balcons. Une nouvelle journée de manifestation contre la prolongation du mandat de Bouteflika. "Cette manifestation, c’est pour dire non à tous les changements faits dernièrement. Pour dire à ce gouvernement, à ce système, que c’est fini", clame haut et fort un manifestant.

La classe politique vilipendée

La décision ne pas briguer un cinquième mandat n’a pas apaisé la colère des Algériens, loin de là. Partout, les pancartes, qu’elles soient écrites en français ou en arabe témoignent du mécontentement d’une population qui a souffert. Et toute la classe dirigeante est vilipendée. "On ne veut plus de ces vieux visages. On veut une nouvelle Algérie, une république juste", demande une femme. Le mouvement a été massivement suivi dans tout le pays, comme à Constantine et à Oran.

Le JT
Les autres sujets du JT
\"Un seul héros le peuple\" est un slogan célèbre en Algérie issu de cette photo historique prise à Alger en juillet 1962 et brandie par cette manifestante, le 5 mars, à Alger.
"Un seul héros le peuple" est un slogan célèbre en Algérie issu de cette photo historique prise à Alger en juillet 1962 et brandie par cette manifestante, le 5 mars, à Alger. (RYAD KRAMDI / AFP)