VIDEO. Afrique : un Français en guerre contre le braconnage

En Centrafrique, le parc de Dzanga-Sangha rêve de devenir un sanctuaire pour les espèces menacées telles que les éléphants et les gorilles, cibles des braconniers. Un Français membre d'une association y forme et conseille une unité antibraconnage.

France 2

C'est un lieu où ils se donnent rendez-vous, où ils se sentent à l'abri. Un sanctuaire au sud-ouest de la République centrafricaine. La réserve spéciale de Dzanga-Sangha est vaste. Au milieu de la forêt équatoriale, les braconniers jouent à cache-cache avec les écogardes. L'entrée de la réserve est un endroit stratégique pour contrer le trafic. Guillaume Duboscq et ses hommes renforcent les contrôles, avec l'aide ce jour-là de deux chiens renifleurs. Au quartier général de la réserve, le stock des saisies d'ivoire et d'armes de chasse ne cesse d'augmenter. 

Les interpellations en flagrant délit sont rares

Le meilleur moyen de traquer les braconniers reste les patrouilles, mais il est très difficile de les interpeller en flagrant délit. Cette forêt est aussi le territoire des gorilles, une autre espèce menacée. Macumba, un spécimen âgé de 40 ans, est à la tête d'une grande famille et le papa de jumeaux. Ces gorilles se sont habitués à l'homme et les braconniers en profitent. Les gardiens du parc ont la mission de veiller sur eux tout au long de leur vie.

Le JT
Les autres sujets du JT
Dans la réserve de Dzanga-Sangha en Centrafrique
Dans la réserve de Dzanga-Sangha en Centrafrique (FLORENT VERGNES / AFP)