Afrique du Sud : face au coronavirus, une compagnie aérienne régionale cesse ses activités

Plusieurs compagnies aériennes sud-africaines, déjà dans la tourmente, risquent de ne pas franchir l'épreuve du coronavirus. 

Article rédigé par
France Télévisions Rédaction Afrique
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Un appareil de la compagnie nationale South African Airways photographié sur le tarmac de l'aéroport de Munich le 19 novembre 2019. (NICOLAS ECONOMOU / NURPHOTO)

La compagnie régionale South Africa Express (SAX) vient d'annoncer qu'elle interrompait totalement son activité à compter du 18 mars 2020, "à la lumière des développements récents défavorables, y compris l'épidémie de Covid-19", a-t-elle déclaré dans un communiqué. Tout le personnel non essentiel est placé en chômage technique et les clients redirigés vers d’autres compagnies.

La décision semblait inéluctable en raison des pertes financières accumulées depuis une dizaine d'années. Elles sont estimées à plus de 1,2 milliard de rands (60 millions d'euros), et ce malgré une aide de l'Etat en septembre 2019 s'élevant à 300 millions de rands (15 millions d'euros). Une aide qui devait assurer les liquidités financières de la compagnie afin de l'aider à poursuivre son activité.

SAX va désormais se pencher sur la réorganisation de son réseau, mais elle annonce aussi devoir rationaliser ses activités, sans plus de précisions.

L’annonce de la fermeture des frontières le 15 mars 2020 par le président Cyril Ramaphosa sonne comme un coup de grâce pour l’aviation aérienne nationale. Les dessertes internationales sont interrompues. Et sur le régional, elle va subir l'absence de clients, notamment les touristes étrangers, privés de visa.

Restructuration ou disparition

Avant l'annonce concernant SAX, South African Airways, première compagnie du pays, venait juste d’annoncer un sévère plan de restructuration. Le message était clair : la restructuration ou la disparition.

Ainsi, près de la moitié des salariés – 2268 sur 4708  devraient perdre leur emploi. Un plan de sauvetage a été élaboré. "La structure actuelle affecte négativement le fonctionnement efficace de l'entreprise et, à son tour, sa rentabilité et sa durabilité", explique la compagnie. Un plan de réduction de la flotte passant de 49 à 18 avions est envisagé et par voie de conséquences, moins de destinations seront desservies.

Au cours des six dernières années, la compagnie aérienne publique a enregistré des pertes cumulées de 26,1 milliards de rands (1,3 milliard d’euros). L’Etat sud-africain n’a cessé de mettre au pot, sans jamais pouvoir redresser la situation. Et désormais, South African Airways va aussi devoir faire face aux conséquences d’une épidémie.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.