Islamabad et talibans: après les combats, la négociation

Depuis 2004, les affrontements entre le gouvernement d'Islamabad et les talibans pakistanais ont fait quelque 45.000 morts, parmi lesquels 10.000 civils. La lassitude gagne les deux camps, alors que les États-Unis perdent de leur influence. La table des négociations est ouverte.

Talibans pakistanais lors d\'une réunion traditionnelle, dans la vallée du Swat, le 23/4/2009
Talibans pakistanais lors d'une réunion traditionnelle, dans la vallée du Swat, le 23/4/2009 (TARIQ MAHMOOD/AFP)

Jusqu'aux attentats du 11-Septembre 2001, lslamabad soutient les talibans qui combattent en Afghanistan. Après les tragiques événements survenus sur le sol américain, le gouvernement pakistanais annonce qu'il va combattre les "étudiants en religion". En 2004, le conflit éclate au Waziristan, région tribale du nord-ouest, où se sont réfugiés des éléments d'Al-Qaida venu d'Afghanistan. Une partie de la population locale soutient la cause de ces extrémistes traqués par l'armée pakistanaise. 

Violences continuelles
Islamabad mène alors des opérations contre le Tehrik-e-Taliban Pakistan (talibans pakistanais, TTP), un groupe qui frappe sur le territoire pakistanais. En 2007, l'assaut contre la Mosquée rouge à Islamabad marque les esprits. A l'été 2007, les talibans pakistanais décrètent le Jihad islamique. Depuis lors, les talibans commettent notamment quelque 500 attentats-suicides dans les villes et les villages causant la mort de 4.700 personnes. Ils subissent en retour les offensives de l'armée ainsi que de milices locales, principalement dans le Waziristan nord. 


Attaque de talibans pakistanais dans le district de Bajaur  le 25 avril 2011

 


Les forces pakistanaises qui opèrent dans les zones tribales sont les Rangers pakistanais (100.000 hommes) et les Frontier Corps (25.000 hommes), respectivement à la frontière ouest avec l'Afghanistan et dans la province de Khyber Pakhtunkhwa. En 2009, l'armée américaine a formé les 9.000 hommes des Frontier Corps. Entre 2002 et 2008, l'aide américaine pour lutter contre les talibans s'est élevée à 6,6 milliards de dollars, une faible part de cet argent ayant effectivement été utilisée pour cette tâche. Les Etats-Unis apportent également leur contribution à la lutte par l'apport des drones qui attaquent fréquemment la zone et ont fait entre 830 et 1.200 morts, selon la New America Foundation. 

Discussions certaines, accord partiel possible
Les différentes offensives ont repoussé les talibans pakistanais dans le nord Waziristan. En 2011, le nombre des attaques rebelles ont marqué une inflexion. Bien que chaque année, la lutte marque des pauses, les rumeurs de négociations entre le TPP et l'armée ont fait florès. Cette hypothèse survient alors que les relations entre le Pakistan et les Etats-Unis sont tendues après le bombardement par erreur d'un poste-frontrière pakistanais par l'aviation américaine, qui a tué 24 soldats d'Islamabad. Comme cet important refroidissement bilatéral arrange les talibans qui ont toujours rejeté l'alliance avec les Etats-Unis, le chapitre des négociations est peut-être en train de s'écrire.

Selon Fakir Muhammad, le numéro deux des TTP, les discussions en cours pourraient aboutir dans la vallée de Bajaur, près de la frontière Afghane, après des concessions garantissant la libération de certains extrémistes et de membres de leurs familles. Mais les talibans pakistanais forment une nébuleuse. La conclusion d'une trêve, ou de quelque accord que ce soit, ne concernerait vraisemblablement qu'une partie des combattants. Une part croissante d'entre eux passe la frontière pour continuer la bataille contre la force de l'Otan et le gouvernement de Kaboul.