Attentat à Kaboul : "Les talibans n'ont jamais eu intérêt à attaquer l'Occident", rappelle un spécialiste de la propagande islamiste

Selon Asiem El Difraoui, l'EL veut plonger l'Afghanistan dans le "chaos général pour mieux recruter et s'étendre", dans le but de créer "une sorte de khalifat mondial". Les talibans, eux, ont des ambitions très nationales.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Des porte-paroles des talibans lors d'une conférence de presse à Kaboul, le 24 août 2021 (Afghanistan). (HOSHANG HASHIMI / AFP)

L'aéroport de Kaboul a été frappé jeudi par un double attentat qui a été revendiqué par l'État islamique. "Les talibans n'ont jamais eu intérêt à attaquer l'Occident", rappelle sur franceinfo vendredi 27 août Asiem El Difraoui, politologue et spécialiste de la propagande islamiste. 

>> Suivez en direct la situation en Afghanistan.

franceinfo : Quelle est la différence entre le groupe Etat islamique, aussi appelé Daech, et les talibans ?

Asiem El Difraoui : L'État islamique a été fondé en 2015, 2016 et a tout de suite prêté allégeance au pseudo-khalifat en Irak et en Syrie. Ce groupuscule compte de nombreux extrémistes pakistanais et afghans. Il a, contrairement aux talibans, un agenda international, il ne se limite pas à l'Afghanistan.

"Les talibans veulent construire un état, comme l'Arabie saoudite, avec un modèle de société réactionnaire. L'État islamique, l'ennemi juré des talibans, voit plus grand."

Asiem El Difraoui, spécialiste de la propagande islamiste

à franceinfo

Il veut créer une sorte de khalifat mondial et veut d'abord plonger l'Afghanistan dans le chaos général, comme l'Irak et la Syrie à l'époque pour mieux recruter et s'étendre. On a deux agendas opposés de deux groupes qui font tout de même partie du jihadisme.

Le groupe État islamique est-il plus radical que les talibans ?

Oui, beaucoup plus radical. Il ne fait pas attention à la population afghane. Les talibans, eux, sont dans une logique de construction d'État. Ils sont obligés de composer avec une grande partie de la société afghane car les talibans n'ont pas assez de cadres, n'ont pas d'expérience d'administration et n'ont pas le personnel pour gouverner l'Afghanistan. S'ils n'arrivent pas à gouverner le pays, on voit mal comment les talibans pourraient lutter efficacement contre l'État islamique. Joe Biden dit qu'il veut pourchasser l'État islamique en Afghanistan. Depuis des années les États-Unis, quand ils étaient encore réellement présents en Afghanistan, ont essayé de détruire l'État islamique : ils n'ont pas réussi. L'État islamique, comme on l'a vu, est encore capable de mener des attaques extrêmement meurtrières.

On montre les talibans du doigt en Afghanistan, mais Daech semble plus menaçant que les talibans pour les Occidents ? La menace progresse-t-elle en France et en Europe ?

Daech est encore plus menaçant. Les talibans n'ont jamais eu intérêt à attaquer l'Occident. Ils veulent la reconnaissance internationale pour un régime très réactionnaire et dont on n'est pas sûr qu'il respecte les droits humains, et surtout les droits des femmes. En comparaison avec la filiale afghane de Daech, ils sont quand même beaucoup plus modérés.

"Après la défaite du pseudo-khalifat en Irak et en Syrie, on pensait que Daech était terminé, mais non. Il est présent en Afghanistan, mais également dans presque tous les états du Sahel, qui sont plus proches de l'Europe.

Asiem El Difraoui

à franceinfo

Il ne me semble pas que la France soit beaucoup plus menacée qu'avant. Elle vit avec une menace latente, qui n'est pas plus grande aujourd'hui qu'il y a quelques mois. Il faut regarder ce qui se passe en Afghanistan. Les talibans vont-ils être capables de gouverner le pays ? Ou les jihadistes vont-ils prendre le contrôle de certaines zones pour monter des camps d'entraînement, recruter des Européens ou des Arabes pour planifier à long terme des attentats contre l'Occident ?

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Afghanistan

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.