Afghanistan : un avion a décollé de Kaboul vers l'étranger pour la première fois depuis le retrait américain

L'avion transportait notamment des Américains, en direction du Qatar. 

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Des passagers s'apprêtent à embarquer dans un vol de Qatar Airways à l'aéroport de Kaboul, en Afghanistan, le 9 septembre 2021. (WAKIL KOHSAR / AFP)

Un avion évacuant des civils étrangers a décollé jeudi 9 septembre en fin d'après-midi de Kaboul, et a atterri à Doha (Qatar). Il s'agit du premier vol passager pour l'étranger au départ de la capitale afghane depuis le retrait américain fin août.

Une source proche de cette opération d'évacuation affirme à l'AFP que l'avion comptait 113 passagers, dont des Américains, des Canadiens, des Allemands et des Ukrainiens. Plus tôt, des sources concordantes avaient fait état de 200 personnes à bord de l'avion.

Le Qatar très impliqué dans l'opération

Après les formalités de départ à l'aéroport, les passagers ont embarqué dans des bus sur le tarmac de l'aéroport, sous la surveillance de gardes qataris. Les bus transportant une trentaine de passagers chacun les ont ensuite déposés au pied de l'avion de Qatar Airways où ils sont montés avant de décoller peu après. A Doha, ils doivent être accueillis dans un centre pour réfugiés afghans, avant de partir pour leurs destinations finales.

Le Qatar et la Turquie travaillent depuis plusieurs jours pour préparer les structures aéroportuaires de Kaboul à une réouverture progressive. Une tâche très compliquée, tant l'aéroport a souffert des évacuations chaotiques fin août, menées alors que des milliers d'Afghans se massaient autour de l'enceinte dans l'espoir de monter dans un des vols affrétés par les pays étrangers.

Jeudi, les infrastructures avaient été largement nettoyées et réparées, selon le journaliste de l'AFP sur place. Du personnel qatari lourdement armé assurait la sécurité des lieux, où des talibans étaient également postés.

Les Etats-Unis ont salué jeudi soir la "coopération" et la "flexibilité" des talibans. "C'est un premier pas positif", estime la Maison Blanche.

"C'est en fait ce à quoi nous nous attendions des talibans, de voir ces déclarations positives transformées en action", a réagi de son côté le ministre des Affaires étrangères du Qatar, Mohammed ben Abderrahmane Al-Thani, en visite au Pakistan.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Afghanistan

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.