Afghanistan : "Nous assistons au naufrage d'un pays en nous croisant les bras", déplore un historien

Les talibans sont désormais en possession de six des 34 capitales provinciales, après s'être emparés de quatre villes en deux jours, dont Aibak, ce lundi.

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 2 min.
Des soldats de l'armée afghane mobilisés pour affronter les forces talibanes, le 1er août 2021. (HOSHANG HASHIMI / AFP)

"Nous assistons au naufrage d'un pays en nous croisant les bras", déplore le spécialiste de l'Afghanistan Jean-Charles Jauffret, lundi 9 août sur franceinfo. Alors que les talibans se sont emparés ce lundi d'une sixième capitale provinciale, Aibak, située dans le nord du pays, le professeur émérite d'histoire contemporaine à Sciences-Po Aix estime que c'est la conséquence indirecte de "20 ans de présence inutile de l'OTAN et des Etats-Unis". "Dès qu'ils plient bagages, il y a une chute du moral et débandade générale d'une armée afghane qui ne se sent plus du tout soutenue." Jean-Charles Jauffret prédit "une date symbolique catastrophique pour la prise de Kaboul" : le 11 septembre 2021.

franceinfo : Comment les talibans ont-ils pu reprendre aussi vite autant de territoires?

Jean-Charles Jauffret : C'est assez facile à comprendre. Dès lors que le pilier central, l'Amérique, puis l'OTAN, plient bagages, il y a une débandade générale d'une armée afghane qui ne se sent plus du tout soutenue. Je crois qu'il y a chute du moral qui est extrêmement importante. Les talibans pratiquent la tactique du boa constrictor en étouffant petit à petit la proie. Ils sécurisent d'abord leurs frontières, puis resserrent l'étau autour des grandes villes. Ensuite, ce sera Kaboul. On va se retrouver peut être avec une date symbolique catastrophique pour la prise de Kaboul, le 11 septembre 2021. D'autant qu'ils abritent en leur sein depuis deux ans une renaissance d'Al-Qaïda.

"La guérilla afghane des talibans est la plus riche du monde."

Jean-Charles Jauffret

à franceinfo

Pourquoi les talibans cherchent-ils à prendre le contrôle des zones de production d'opium dans le sud du pays ?

Quand vous avez un pays qui est le premier narco-État du monde, avec 900 tonnes d'héroïne pure par an, 7 000 à 8000 tonnes d'opium produit par an, soit 90% de la production mondiale. Vous pouvez vous acheter les derniers modèles d'armes, vous pouvez acheter n'importe quelle complicité. Ce ne sont plus les talibans de 2001 aux revenus qu'on pouvait estimer assez modestes. Ils contrôlent les champs de pavot de la principale région productrice depuis des années.

"Nous vivons un drame en direct après 20 ans de présence inutile de l'OTAN et des Etats-Unis."

Jean-Charles Jauffret

à franceinfo

La solution, ce serait que les Etats-Unis stoppent leur retrait ?

Non, le processus est enclenché. C'est une prise de conscience à l'échelle mondiale qu'il faudrait, mais on en est vraiment très loin. Une seule capitale se réjouit de ce qui se passe, c'est Islamabad et donc le Pakistan. En dehors de ce pays, tous les pays frontaliers et l'ensemble de la communauté internationale sont inquiets. Sauf qu'on l'a vu il y a quatre jours encore à New York, l'ONU a décidé de ne rien décider. Nous assistons au naufrage d'un pays en nous croisant les bras. On assiste aussi à cette déferlante de milliers de réfugiés qui prennent la route de la Turquie. 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Afghanistan

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.