Afghanistan : les talibans s'emparent de deux capitales provinciales, une première depuis le début de leur offensive contre l'armée régulière

La chute de Zaranj, près de la frontière avec l'Iran, et de Sheberghan, dans le nord du pays, est un sérieux revers pour le pouvoir central afghan.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Des membres des forces de sécurité afghanes sur le lieu de l'assassinat du responsable de la communication du gouvernement, revendiqué par les talibans, le 6 août 2021 à Kaboul (Afghanistan). (RAHMAT GUL / AP / SIPA)

L'offensive en Afghanistan des talibans, qui n'avaient jusqu'ici conquis quasiment que des territoires ruraux, a franchi un nouveau cap avec la prise de deux capitales de provinces, Zaranj et Sheberghan, vendredi 6 et samedi 7 août. Ils profitent du retrait des troupes internationales, qui a débuté en mai et doit s'achever avant le 31 août.

Zaranj est une petite ville, capitale de la province de Nimroz, et située à la frontière avec l'Iran. Elle a avant tout une importance économique et permet aux talibans d'étendre leur contrôle sur les frontières du pays. Ces dernières semaines, de nombreux Afghans avaient fui en Iran en passant par Zaranj, rapporte le New York Times (article en anglais).

Les insurgés ont pénétré à Zaranj sans rencontrer "aucune résistance", a déclaré à l'AFP Roh Gul Khairzad, la gouverneure adjointe de la province. Leur victoire pourrait avoir un effet symbolique fort sur le moral de l'armée afghane.

A Sheberghan, dans la province de Jawzan, près des frontières du Turkménistan et de l'Ouzbékistan, le gouvernement afghan avait choisi de s'appuyer sur la milice d'un chef de guerre ouzbek à la loyauté changeante, Abdul Rashid Dostom.

"Malheureusement les talibans se sont emparés de la ville de Sheberghan", a indiqué samedi à l'AFP Qader Malia, vice-gouverneur de la province. "Les forces de sécurité et les responsables se sont retirés dans une zone située à environ 20 km de la ville, a affirmé de son côté un conseiller du maréchal Dostom. Ils s'étaient déjà préparés, notamment en y transférant assez de munitions pour se défendre face à une attaque des talibans."

Un ancien porte-parole du président tué à Kaboul

Plusieurs autres capitales de provinces afghanes, encerclées depuis des semaines par les talibans, sont la cible d'offensives. L'armée a lancé mercredi une contre-offensive à Lashkar Gah, dans la province du Helmand, voisine de celle de Nimroz. Un activiste local affirme à l'AFP que des combats ont eu lieu dans la nuit à Kunduz, dans le nord du pays.

Les talibans ont par ailleurs revendiqué l'assassinat vendredi à Kaboul de Dawa Khan Menapal, un ancien porte-parole adjoint du président afghan Ashraf Ghani, qui dirigeait le service de communication du gouvernement.

Le Royaume-Uni a appelé tous ses ressortissants à quitter immédiatement l'Afghanistan au vu d'une "situation sécuritaire qui empire".

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Afghanistan

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.