Cet article date de plus de cinq ans.

Afghanistan : l'armée américaine force l'entrée de l'hôpital de MSF qu'elle a bombardé à Kunduz

Le bâtiment a été touché par une frappe américaine il y a deux semaines. Une enquête militaire est en cours après ce bombardement qui a fait au moins 24 morts.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Des employés afghans de MSF déplacent la porte détruite de l'enceinte de leur hôpital à Kunduz (Afghanistan), le 15 octobre 2015. (NAJIM RAHIM / AP / SIPA)

Médecins sans frontières redoute des destructions de preuves. Un véhicule militaire américain a forcé jeudi 15 octobre les portes de l'hôpital de MSF bombardé par l'armée américaine à Kunduz, dans le nord de l'Afghanistan, le 3 octobre. Au moins 14 employés de l'ONG et 10 de leurs patients ont été tués. Et neuf personnes sont toujours portées disparues.

Le véhicule blindé américain est entré de force jeudi après-midi dans le complexe de l'hôpital, abîmant son portail. Apparemment, la délégation américaine ne savait pas que des cadres de l'ONG se trouvaient sur place. Les Américains ont ensuite commencé à négocier avec l'équipe de MSF. Ils ont affirmé qu'ils étaient autorisés à venir dans l'hôpital dans le cadre de l'enquête conjointe – américaine et afghane – menée sur le bombardement. Après une heure et demie de discussions, les soldats américains ont été autorisés à entrer dans le bâtiment en partie détruit. Mais sans leurs armes.

MSF veut une enquête indépendante

Une porte-parole de l'ONG déplore que cette intrusion américaine soit intervenue "en dépit d'un accord (...) stipulant que MSF devait être informée avant chaque nouvelle étape de la procédure impliquant le personnel ou les actifs de l'ONG". MSF a réclamé une enquête indépendante sur le bombardement de son hôpital, le seul capable de faire de la chirurgie d'urgence dans cette région. 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Afghanistan

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.