Cet article date de plus de cinq ans.

Afghanistan : l'armée américaine reconnaît avoir bombardé "par erreur" l'hôpital de MSF à Kunduz

Le raid aérien mené samedi dans cette ville proche de la frontière tadjike, où les forces afghanes et leurs alliés affrontaient des talibans, a fait 22 morts.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
L'hôpital de l'ONG Médecins sans frontières (MSF) de Kunduz (Afghanistan), le 3 octobre 2015, après un bombardement. (MSF / AFP)

L'aveu d'une bavure. L'armée américaine a bombardé "par erreur" l'hôpital de Médecins sans frontières (MSF) à Kunduz, samedi, au cours des combats contre les talibans dans le nord de l'Afghanistan a reconnu le général John Campbell, commandant des forces américaines et de l'Otan en Afghanistan, mardi 6 octobre. Quant au Pentagone, il "regrette profondément" la perte de ces 22 vies humaines, a assuré le secrétaire américain à la Défense, Ash Carter.

Le général John Campbell a admis la responsabilité des Etats-Unis, devant la commission des forces armées du Sénat. Il y a expliqué que l'attaque américaine avait, certes, été demandée par l'armée afghane, mais qu'elle avait été décidée par la chaîne de commandement américaine.

MSF ne croit pas à une erreur

L'ONG, qui a qualifié ce bombardement de crime de guerre et qui réclame haut et fort une enquête indépendante, a vivement rejeté cette explication. Mego Terzian, le président de MSF France, s'est déclaré persuadé que "ce n'était malheureusement pas une erreur". Trois enquêtes, américaine, afghane et de l'Otan sont en cours pour établir les conditions dans lesquelles le bombardement a été décidé et mené.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.