Séisme dans l'ouest de la France : ce que l'on sait de l'un des plus forts tremblements de terre ressentis en France et de sa réplique

De Bordeaux à Rennes en passant par Limoges ou La Rochelle, nombre d'habitants ont senti la terre trembler et multiplié les appels aux pompiers.
Article rédigé par franceinfo avec AFP
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 4 min
L'intervention des pompiers et de la police à Niort (Deux-Sèvres) après le séisme, le 16 juin 2023. (JABOUTIER / LA NOUVELLE REPUBLIQUE / MAXPPP)

Un séisme puissant. Un tremblement de terre est survenu à 18h38, vendredi 16 juin, dont l'épicentre a été situé à La Laigne (Charente-Maritime), à mi-chemin entre La Rochelle et Niort. La magnitude de cette violente secousse a été évaluée entre 5,3 et 5,8, selon le Réseau national de surveillance sismique (Renass) et le Bureau central sismologique français (BCSF). Un blessé léger a été pris en charge par les secours dans les Deux-Sèvres. En Charente-Maritime, des foyers ont été privés d'électricité. Une réplique de magnitude 5 a été ressentie dans la nuit. Le ministre de l'Intérieur, Gérald Darmanin, a annoncé qu'"une procédure accélérée de reconnaissance de catastrophe naturelle" allait être enclenchée. Franceinfo résume ce que l'on sait de ce séisme.

Un blessé léger et des dégâts matériels

Dans les Deux-Sèvres, à Mauzé-sur-le-Mignon, "un blessé léger a été pris en charge par les secours", selon un bilan de la préfecture. La préfète a fait état de dégâts matériels sur des bâtiments, principalement des fissures et des chutes de pierres. Pour cette raison, une partie du centre-ville de Niort, la préfecture du département, a été bouclée pendant la soirée.


D'après Jérôme Baloge, le maire de Niort (Deux-Sèvres), interrogé sur franceinfo, "les dégâts matériels sont les plus nombreux (...) entre Mauzé-sur-le-Mignon, Arçais et Saint-Hilaire-la-Palud" à quelques kilomètres de l'épicentre. Selon les premières constatations, "des fissures" ont été repérées et "deux églises sont en partie touchées".

En Charente-Maritime, département limitrophe où l'épicentre a été situé, la préfecture fait aussi état de nombreux dégâts matériels. Samedi, la préfecture a fait état de 135 bâtiments endommagés, dans une dizaine de communes, dont 71 sont considérés comme inhabitables "en raison des risques structurels qu'ils présentent". Aucune victime n'a été recensée par les secours.

Des toitures se sont notamment effondrées à La Laigne, a appris franceinfo auprès du maire. Tous les habitants ont été évacués en raison du risque d'effondrement. Ils se sont tous rassemblés au milieu de ce village, selon une journaliste de France Télévisions sur place.

"Le bilan est maîtrisé, contenu", a annoncé la Première ministre Elisabeth Borne lors d'un déplacement dans le Calvados samedi. "On va s'assurer que tout le monde a accès à un relogement", a ajouté la cheffe du gouvernement.

La commune de Cram-Chaban (Charente-Maritime) a subi des dégâts après le séisme, le 16 juin 2023. (JEAN-CHRISTOPHE SOUNALET / MAXPPP)

Des milliers de foyers privés d'électricité

Plus d'un millier de foyers étaient privés d'électricité en Charente-Maritime vendredi en début de soirée, en raison d'une ligne haute tension qui a été touchée, selon les autorités. La préfecture a avancé le chiffre de 1 100 foyers concernés. A Cram-Chaban, l'épicentre du séisme, l'électricité n'était toujours rétablie à 23h15, d'après le site d'Enedis, dont les équipes cherchent à rétablir "l'alimentation électrique dans les meilleurs délais".

Une secousse ressentie à des kilomètres

Un tremblement de terre a été ressenti dans une bonne partie ouest de la France : au Mans, à Angers, à La Rochelle, à Poitiers, à Bordeaux, mais également en Bretagne. En Mayenne, des habitants ont senti "le sol bouger", "la maison craquer", rapporte France Bleu. Dans le live de franceinfo aussi, beaucoup de commentaires ont également évoqué le séisme, ressenti dans de très nombreuses villes : Rennes, Poitiers, Le Mans, Bordeaux, Tours, Angers, Nantes... De nombreux internautes ont témoigné de la secousse et de leur incrédulité sur les réseaux sociaux. 

Tremblement de terre : un séisme de magnitude 5,3 ressenti dans l’ouest de la France
Tremblement de terre : un séisme de magnitude 5,3 ressenti dans l’ouest de la France Tremblement de terre : un séisme de magnitude 5,3 ressenti dans l’ouest de la France (FRANCE 2)

 

Un séisme plus fort que celui du Teil en 2019

"Il s'agit de l'un des séismes les plus forts enregistrés sur le territoire métropolitain", a souligné Christophe Béchu, le ministre de la Transition écologique et de la Cohésion des territoires. En France métropolitaine, le dernier séisme d'une magnitude supérieure à 5 remontait à 2019 au Teil, en Ardèche. "En moyenne, il y en a un tous les 10 ans en France métropolitaine", a précisé Jérôme Vergne, sismologue à l'Institut Terre & Environnement de Strasbourg.

"Dans la région, le dernier d'une magnitude assez similaire remonte à 1972 à Oléron. Donc c'est vraiment un événement important"

Jérôme Vergne, sismologue

cité par l'AFP

Sur franceinfo, Yann Klinger, sismologue et chercheur CNRS à l'Institut de physique du globe de Paris, a expliqué : "C'est une zone qui ne bouge pas très souvent, mais qui a une activité soutenue." "Ce sont des restes d'anciennes failles qui ont été actives il y a très longtemps. Elles se localisent essentiellement au sud du massif armoricain. Donc, on a cette activité résiduelle", a-t-il complété.

Une réplique d'une magnitude 5 ressentie dans la nuit

"Une réplique sismique d'une magnitude de 5 a été ressentie ce matin aux alentours de 4h30" dans les Deux-Sèvres, a annoncé samedi la préfecture dans un communiqué. Elle précise que "les pompiers sont mobilisés et procèdent à des actions de reconnaissance, pour répondre aux appels et vérifier l'état des bâtiments, en particulier ceux fragilisés lors de la première secousse de vendredi". Sur Twitter, la ville de Niort et les pompiers demandent par alleurs aux habitants de ne composer le 18 ou le 112 qu'en cas de demande de secours.

Consultez lamétéo
avec
voir les prévisions

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.