Sécheresse : "vigilance", "alerte", "crise"... Quelles sont les différences entre les quatre niveaux d'alerte incitant à économiser l'eau ?

L'Etat définit quatre seuils de gravité entraînant des mesures de restriction des usages de l'eau plus ou moins sévères pour faire face à la sécheresse. 

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 5 min.
Un arroseur automatique utilisé dans le champ d'une commune des Hautes-Alpes, le 31 juillet 2022. (THIBAUT DURAND / HANS LUCAS / AFP)

Plus aucun département de l'Hexagone n'est épargné par la sécheresse. Le débit de la Seine est passé le 25 juillet sous le seuil de 81 m3/s au niveau de la gare d'Austerlitz, déclenchant le passage de Paris, des Hauts-de-Seine, de la Seine-Saint-Denis et du Val-de-Marne en "vigilance sécheresse", a annoncé mardi 2 août la préfecture d'Ile-de-France"Le mois de juillet 2022 est le plus sec que nous avons eu depuis juillet 1959", a par ailleurs affirmé lundi le ministre de la Transition écologique, Christophe Béchu.

Les seuils d'alerte sécheresse en France au 2 août 2022 selon le site gouvernemental Propluvia, qui répertorie les arrêtés de restriction d'usages de l'eau.  (CAPTURE D'ECRAN / PROPLUVIA / FRANCE TELEVISIONS)

L'ensemble de la France hexagonale est concerné par l'un des quatre niveaux d'alerte définis par l'Etat dans le cadre du "plan sécheresse" : "vigilance", "alerte", "alerte renforcée" et "seuil de crise". 

Météo : suivez l'évolution de la situation dans notre Direct

Dans le détail, 46 départements comportent au moins une zone rouge, qui correspond au niveau de "crise", comme le montre la carte officielle. Franceinfo revient sur ces quatre seuils d'alerte et ce qu'ils impliquent. 

Le seuil de "vigilance"

Ce premier des quatre niveaux n'est pas concerné par des restrictions d'usages de l'eau, celles-ci s'appliquant seulement à partir du deuxième niveau défini par l'Etat. La vigilance peut être définie afin de déclencher des mesures de communication et de sensibilisation du grand public et des professionnels "dès que la tendance hydrologique laisse pressentir un risque de crise à court ou moyen terme et que la situation est susceptible de s'aggraver en l'absence de pluies significatives dans les semaines ou mois à venir", explique le ministère de la Transition écologique dans un guide de mise en œuvre des mesures de restriction des usages de l'eau à destination des collectivités.

Ainsi, en Ile-de-France, les particuliers, les collectivités territoriales et les entreprises sont incités par la préfecture, mais pas obligés, à rationner leur consommation, en évitant l'arrosage des espaces verts ou des voiries, le lavage de son véhicule ou en limitant sa consommation domestique.

Le seuil d'"alerte"

Le seuil d'alerte est déclenché lorsque la coexistence de tous les usages (alimentation en eau potable, arrosage, irrigation, etc.) et le bon fonctionnement des milieux aquatiques ne sont plus assurés. Des restrictions d'usages de l'eau s'appliquent dès ce deuxième seuil.

Outre des limitations de prélèvement pour l'agriculture (interdiction d'irriguer entre 11 heures et 18 heures), certains prélèvements pour des activités nautiques sont interdits et l'arrosage des espaces verts est autorisé à certaines heures seulement. L'irrigation des cultures par système d’irrigation localisée (goutte-à-goutte, micro-aspersion par exemple) est également autorisée. 

L'arrosage des pelouses, terrains de sport, massifs fleuris et jardins potagers est lui aussi interdit entre 11 heures et 18 heures dans les départements en alerte (en jaune sur la carte). L'arrosage des espaces verts est quant à lui interdit sauf pour les plantations datant de moins d'un an, qui sont elles soumises à des restrictions d'horaires. Il est également interdit de procéder à l'arrosage des terrains de golf entre 8 heures et 20 heures, "de façon à diminuer la consommation d'eau sur le volume hebdomadaire de 15 à 30%".

Les piscines publiques sont ouvertes sans restriction. Le remplissage et la vidange des piscines privées (de plus d'1 mètre cube) sont quant à eux interdits à part s'il s'agit d'une remise à niveau ou d'un premier remplissage "si le chantier avait débuté avant les premières restrictions"

Le seuil d'"alerte renforcée"

Ce niveau est déclenché lorsque tous les prélèvements ne peuvent plus être simultanément satisfaits. Dans les zones classées en "alerte renforcée" (en orange sur la carte), qui concernent, au 2 août, 38 départements, les agriculteurs doivent réduire leur usage d'eau de 50%. Une interdiction d'irriguer entre 9 heures et 20 heures est également en vigueur. Le guide précise que l'irrigation des cultures par un système d'irrigation localisée reste autorisée. 

L'arrosage des pelouses et massifs fleuris est interdit. Il existe également des limitations d'arrosage pour les jardins potagers (entre 9 heures et 20 heures), et les terrains de sport (entre 11 heures et 18 heures). Mais les consignes pour l'arrosage des espaces verts sont les mêmes qu'au seuil d'alerte précédent. L'arrosage des terrains de golf est quant à lui soumis à une réduction des usages de l'eau d'au moins 60%. Certains prélèvements sont également interdits.

Concernant les piscines publiques, la vidange est soumise à autorisation auprès de l'ARS. Pour les piscines privées, les consignes sont identiques à celles du seuil d'alerte précédent. 

Le seuil de "crise" 

Lorsque les restrictions des trois premiers seuils se révèlent insuffisantes, le seuil de "crise" est déclenché, afin de n'autoriser que les prélèvements prioritaires (alimentation en eau potable, usages en lien avec la salubrité, la santé et la sécurité...)

Dans les zones classées en niveau de "crise" (en rouge sur la carte), soit 46 départements au 2 août, les agriculteurs ont interdiction d'irriguer leurs cultures, y compris par un système d'irrigation localisée (goutte-à-goutte, micro-aspersion...).

Contrairement au seuil d'alerte précédent, l'arrosage des espaces verts est interdit pour le niveau de "crise". Il est également interdit d'arroser les terrains de sport sauf en cas de compétition à enjeu national ou international, de manière "réduite au maximum". L'arrosage des terrains de golf est quant à lui "réduit au strict nécessaire", entre 20 heures et 8 heures, et ne doit pas dépasser les 30% des volumes d'eau habituels utilisés. 

Concernant les piscines publiques, le renouvellement, le remplissage et la vidange sont soumis à autorisation auprès de l'ARS. Le remplissage et la vidange des piscines privées sont quant à eux interdits. 

Les trois niveaux concernés par des restrictions (jaune, orange et rouge) ne sont pas soumis à des limitations d'alimentation des populations en eau potable, sauf arrêté municipal spécifique. 

Le servicemétéo
évolue  et s’enrichit

découvrir les nouveautés

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.