Grenoble : des vignettes pour limiter la circulation automobile en cas de pic de pollution

À partir de mardi, Grenoble devient la deuxième ville en France, après Paris, à mettre en place un système de vignettes pour restreindre la circulation en cas de pic de pollution. La mesure deviendra obligatoire à partir du 1er janvier prochain.

Les vignettes correspondent à différents niveaux de pollution des voitures
Les vignettes correspondent à différents niveaux de pollution des voitures (JEAN-FRANCOIS FREY / MAXPPP)
avatar
franceinfoRadio France

Mis à jour le
publié le

Grenoble, en Isère, devient mardi 1er novembre la deuxième agglomération de France à prévoir des mesures de restrictions de la circulation en cas de pic de pollution. Le système repose sur des vignettes de couleurs, qui seront obligatoires à partir de janvier prochain. "Tout le monde sait maintenant qu'on a un vrai problème sanitaire avec la qualité de l'air et il nous faut agir, a expliqué Éric Piolle, le maire écologiste, sur France Bleu Isère.

On ne peut pas faire comme on a fait avec l'amiante, où pendant des décennies on savait qu'il y avait un problème, mais on l'avait mis de côté

Éric Piolle, maire de Grenoble

sur France Bleu Isère

Vignette obligatoire après cinq jours de pollution

Pour circuler dans la métropole grenobloise lors des pics de pollution, il faudra désormais être muni d'un certificat de qualité de l'air, dont l'obtention, via internet, coûte 4 euros. Chaque véhicule, en fonction de son âge et de son niveau d'émission, se voit attribué une des six vignettes de couleur : de la vignette "zéro émission" attribuée aux véhicules électriques et permettant de circuler à tout moment, à la vignette 5 qui concerne les diesels de plus de 19 ans.

Les restrictions de circulation dans la métropole grenobloise s'appliqueront dès le cinquième jour d'un pic de pollution, où les véhicules sans vignettes n'auront pas le droit de circuler. Dès le septième jour d'un pic de pollution, les véhicules munis de la vignette 4 et 5 seront également interdits. Mais un pic de pollution durant sept jours consécutifs n'a lieu en moyenne qu'un ou deux jours par an à Grenoble.

Expérimentée jusqu'à la fin de l'année, la mesure deviendra obligatoire à partir du 1er janvier prochain. Circuler dans les 49 communes de l'agglomération grenobloise sans vignette lors d'un pic de pollution sera passible d'une amende de 22 euros.

Éric Piolle, le maire de Grenoble : "On a un vrai problème sanitaire avec la pollution de l'air"
--'--
--'--