Après la neige, le verglas : quelles perturbations en Ile-de-France ?

Les huit départements de région parisienne restent placés en vigilance orange neige et verglas par Météo France, contre 45 avant le début de l'important épisode neigeux qui a sévi sur le nord de la France.

Un taxi passe sous le métro aérien, à Paris, mercredi 7 février 2018. 
Un taxi passe sous le métro aérien, à Paris, mercredi 7 février 2018.  (MAXPPP)

Après la neige, les quelque 12 millions de Franciliens et tous ceux qui devront traverser l'Ile-de-France, jeudi 8 février, affrontent le verglas. La situation revient lentement à la normale sur les routes et dans les transports de la région, après la pagaille causée par les chutes de neige de mardi et de mercredi. Les huit départements de région parisienne restent ainsi placés en vigilance orange neige et verglas par Météo France – tout comme l'Ariège –, contre 45 avant le début de l'important épisode neigeux qui a sévi sur le nord de la France.

Avec des températures "fortement négatives", qui peuvent aller de -3°C à Paris à -11°C dans la petite couronne, le regel des surfaces enneigées engendre des "phénomènes glissants", prévient Météo France.

Voici un nouveau point sur la situation dans les transports. 

Les automobilistes appelés à laisser la voiture

La préfecture de police renouvelle la consigne aux automobilistes de ne pas utiliser leurs véhicules en Ile-de-France. Selon Sytadin, cette consigne a été largement respectée : peu avant 8 heures, l'organisme qui observe le trafic en Ile-de-France observait 55 km de bouchons, contre 250 en moyenne à cette heure. 

Traditionnel point noir en Ile-de-France, la route nationale 118, où 1 500 à 2 000 automobilistes ont été bloqués mardi soir, restera fermée à la circulation au moins jusqu'à midi.

Le trafic poids lourds interrompu

Rouvert quelques heures mercredi après-midi, le trafic poids lourds est à nouveau interdit jeudi. Plusieurs zones de stockage de poids lourds sont mises en place jusqu’à nouvel ordre en amont de l’Ile-de-France : sur l’A1, au niveau du péage de Chamant et à hauteur du Parc Astérix ; sur l’A4, au niveau des barrières de péage de Dormans, Montreuil-aux-Lions et de Coutevroult ; sur l’A13, au niveau des péages de Buchelay et d’Heudebouville et sur l’A16, au niveau du péage d’Amblainville.

Des mesures de filtrage ont été prises par les forces de l’ordre au niveau des jonctions A16/A29 et A29/A1. Il s'agit de dévier les poids lourds et d’éviter la région parisienne via l’ouest par A29/A28 en direction de Rouen et par l’est via l’A26. Les forces de l’ordre et le groupe Sanef en appellent à la responsabilité des routiers pour qu'ils respectent les arrêtés de circulation, précise le communiqué.

Sur les rails, quelques annulations et retards

Dans les gares, le trafic ferroviaire est revenu doucement à la normale avec toutefois encore pour jeudi matin des annulations et des retards en raison de vitesses limitées pour des raisons de sécurité. En Ile-de-France, "on aura en moyenne deux trains sur trois", a prévenu le président de la SNCF, Guillaume Pepy, sur RTL, mardi soir.

La circulation des TGV sera assurée mais ils rouleront moins vite et "auront probablement entre une demi-heure et une heure et demie de retard sur l'Ouest", a-t-il pronostiqué. Quant aux TER, ils devraient rouler normalement "mais il y aura sans doute des difficultés dans certaines régions, par exemple le Limousin", selon lui.

Des transports en commun perturbés

La RATP prévoyait un trafic "légèrement perturbé" sur les métros et RER en raison notamment de la difficulté pour les agents de rejoindre leur lieu de travail, a indiqué l'entreprise.

Laissés au dépôt en raison de la neige, les bus sortent "progressivement" jeudi matin "en fonction des situations locales", a indiqué la RATP. Toutefois, aucun d'entre eux ne circulera en Essonne et en Seine-Saint-Denis, sur décision préfectorale.