La Nouvelle-Calédonie se prépare au passage du cyclone Cook

La première alerte est attendue dans la soirée de dimanche. Les rafales de vent peuvent atteindre jusqu'à 200 km/h. Le trafic aérien est fortement perturbé.

Vue satellite de la zone de passage de la tempête Cook sur la Nouvelle-Calédonie, le dimanche 9 avril 2017, à 11 heures.
Vue satellite de la zone de passage de la tempête Cook sur la Nouvelle-Calédonie, le dimanche 9 avril 2017, à 11 heures. (NC 1ERE / MÉTÉO FRANCE)

La Nouvelle-Calédonie se barricade. L'archipel situé dans l'océan Pacifique va être balayé dans les prochaines heures par la tempête tropicale Cook, qui devrait prendre de la puissance et se transformer en cyclone. "La menace est très sérieuse", ont indiqué les autorités, dimanche 9 avril. La région n’avait pas été touchée directement par un cyclone depuis Erika en 2003. 

A partir de lundi midi (3h du matin à Paris), l’alerte de niveau 2 sera déclenchée sur les provinces des îles Loyauté et du Nord, ainsi que sur les communes de Bourail et de Thio, située en province Sud. Cette province, où se trouve Nouméa, passera ensuite en alerte maximum, lundi, en début de soirée.

Report des épreuves écrites des concours de l'Éducation nationale

Interrogé sur NC 1ère, le responsable de Météo France en Nouvelle-Calédonie a expliqué qu’il s’agissait d’un phénomène aux conséquences "potentiellement très graves". Des rafales de vent comprises entre 100 et 200 km/h sont attendues, et les cumuls de pluie pourraient dépasser les 350 mm en 24 heures. "La mer deviendra démontée avec des vagues de plus de six mètres s’ajoutant à un risque de submersion marine renforcé au moment de la marée haute", a précisé de son côté la sécurité civile. 

Par précaution, la compagnie aérienne Air Calédonie a décidé d'annuler l'intégralité de ses vols réguliers jusqu'au mardi 11 avril. "La menace sur la Nouvelle-Calédonie est très sérieuse et le temps restant doit être mis à profit pour se préparer à l'arrivée du phénomène", a indiqué dans un communiqué la direction de la sécurité civile. 

De son côté, le ministère de l'Education nationale a choisi de reporter toutes les épreuves écrites des concours prévues initialement lundi 10 avril. "En raison de très fortes intempéries en Nouvelle Calédonie, les déplacements sont rendus impossibles pour de très nombreux candidats", précise le communiqué. Pour "garantir l'équité entre tous les candidats partout sur le territoire", cette annulation concerne tous les concours (CAPEPS externe, CAPET externe Arts, CAPLP externe) et toute la France.