Cet article date de plus de quatre ans.

Les intempéries en Nouvelle-Calédonie provoquent le report des concours de l'Éducation nationale en France

Les épreuves écrites des concours de l'Éducation nationale, prévues lundi partout en France, sont reportées à une date ultérieure en raison des fortes intempéries attendues en Nouvelle-Calédonie afin de garantir l'équité entre les candidats.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Une salle de classe vide, à Paris, le 8 janvier 2014. (Photo d'illustration) (THOMAS SAMSON / AFP)

Toutes les épreuves écrites des concours de l'Éducation nationale prévues, lundi 10 avril, en France sont reportées, en raison des fortes intempéries attendues en Nouvelle-Calédonie, annonce le ministère de l'Éducation nationale dans un communiqué, dimanche 9 avril. Cela concerne 25 000 candidats qui ont tous été informés par e-mail. 

Garantir l'équité entre les candidats

"En raison de très fortes intempéries en Nouvelle-Calédonie, les déplacements sont rendus impossibles pour de très nombreux candidats", précise le ministère. "Pour garantir l'équité entre tous les candidats partout sur le territoire, le ministère de l’Éducation nationale a décidé le report de toutes les épreuves écrites des concours (CAPEPS externe, CAPET externe Arts, CAPLP externe) convoquées ce lundi". L'ensemble des candidats concernés a été informé par mail.

La Nouvelle-Calédonie s'apprête à être directement frappée par un puissant cyclone, baptisé Cook, dans la nuit de dimanche à lundi. "Pour les épreuves du mardi 11 avril, la décision sera prise lundi matin en fonction de l'évolution des conditions météorologiques en Nouvelle-Calédonie", conclut le communiqué.

La dernière fois que l'Éducation nationale a décidé de reporter les épreuves de concours, c'était au mois de janvier 2017 lorsque la Polynésie avait été touchée par des inondations. Les épreuves avaient eu lieu un mois plus tard.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Education

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.