Inondations dans l'Aude : pourquoi l'hôpital de Carcassonne a-t-il été construit dans une zone inondable ?

Le sous-sol du bâtiment a été inondé lundi, provoquant des perturbations dans le fonctionnement de l'établissement. Les syndicats assurent qu'ils avaient prévenu la direction des risques de l'emplacement de cet hôpital, construit en 2014.

L\'entrée du Centre hospitalier de Carcassonne (Aude), mercredi 17 octobre 2018.
L'entrée du Centre hospitalier de Carcassonne (Aude), mercredi 17 octobre 2018. (CLEMENT PARROT / FRANCEINFO)

En arrivant dans le sous-sol du centre hospitalier de Carcassonne, mercredi 17 octobre, le visiteur s'aperçoit vite que les lieux sont marqués par les récentes inondations dans l'Aude. Une odeur d'humidité persistante flotte dans l'air et des traces de boue sont visibles dans les recoins des couloirs. "En arrivant lundi, j’ai trouvé un hôpital dans un calme olympien et environ 25 cm d’eau au niveau -1", se souvient Bruno Izard, le secrétaire départemental de la branche santé de Force ouvrière.

Un couloir inondé au sous-sol de l\'hôpital de Carcassonne (Aude), lundi 15 octobre 2018.
Un couloir inondé au sous-sol de l'hôpital de Carcassonne (Aude), lundi 15 octobre 2018. (FORCE OUVRIERE)

L'infiltration de la pluie dans le sous-sol a provoqué de lourdes perturbations dans le fonctionnement de l'hôpital avec, notamment, l'arrêt des ascenseurs. Les consultations ont repris mardi, mais les interventions sont restées limitées aux urgences et certaines hospitalisations ont été reportées. Mercredi, à peine un quart des ascenseurs était en état de marche. Il va falloir encore aussi un peu de temps aux équipes techniques pour tout nettoyer. "On a retrouvé une grenouille derrière une armoire hier", raconte ainsi Bruno Izard.

"Un fiasco total"

Si l'Aude a connu un épisode météo exceptionnel avec parfois 180 mm d'eau tombés dans certaines zones de Carcassonne, l'inondation de l'hôpital était-elle pour autant imprévisible ? Pour Bruno Izard, la réponse est claire : "Dès le début, on a prévenu que c’était un terrain marécageux, qui servait pour la chasse aux canards. Je suis né à Carcassonne et j’ai 54 ans, je connais les lieux. On leur a dit de ne pas acheter ce terrain. Mais on est des syndicalistes, on ne nous écoute jamais. On nous a simplement traités d’incompétents."

On n’est pas hydrogéologues, mais c’est du bon sens : vous ne construisez pas votre maison sur un terrain marécageux.Bruno Izard, syndicaliste FOà franceinfo

"On a effectivement prévenu la direction que tous les automnes et tous les hivers, ce terrain était inondé. La construction de cet hôpital est un fiasco total", confirme un délégué syndical de la CGT. "C'est lamentable. Tout le monde savait que c'était une zone inondable, il faut parfois écouter les vieux de la ville", renchérit Jean-Philippe Masson, radiologue à Carcassonne et président de la Fédération nationale des médecins radiologues. Le praticien, qui possède la moitié du matériel d'imagerie médicale de l'hôpital, a d'ailleurs exprimé sa colère sur Twitter dès lundi. En posant la question au hasard dans la ville de Carcassonne, la théorie se vérifie. "Tout le monde était au courant que c'était un terrain inondable", assène ainsi Philippe, le patron d'un bar tout proche de la mairie. 

Alors comment expliquer le choix de cet emplacement ? Pour le comprendre, il faut revenir quelques années en arrière car, comme l'a expliqué la ministre de la Santé, Agnès Buzyn, la construction d'un hôpital dépend de "décisions qui sont prises parfois dix à quinze ans à l’avance. C’est le temps qu’il faut pour réunir les sommes et faire des appels à projet." Bruno Izard, de Force ouvrière, se souvient de la date : "Cet hôpital a été prévu, imaginé aux alentours de 2005. On s’est déjà posé la question du pourquoi. On avait un hôpital qui avait seulement une trentaine d’années. Mais bon, on nous a dit qu’il n’était pas aux normes… L’équipe de l’époque a donc fait des pieds et des mains pour changer de bâtiment."

Des mesures d'aménagement très strictes

Jean-Pierre Ferrandon, le directeur de l'hôpital de l'époque, et Raymond Chesa, maire de Carcassonne entre 1983 et 2005, sont alors à la manœuvre. Difficile de leur demander des explications aujourd'hui, les deux hommes sont morts. Mais le projet doit être également validé par l'Etat. L'Agence régionale de santé (ARS) hésite dans un premier temps, avant de céder. "L’ancienne direction s’est vraiment battue pour avoir l’autorisation sur la globalité du projet", se rappelle Bruno Izard, délégué syndical depuis quinze ans.

La préfecture délivre alors un permis de construire en 2010. "A ce moment-là, l'hôpital ne se trouvait pas en zone inondable", assure le cabinet du maire de Carcassonne. Mais en 2014, année de l'ouverture de l'établissement, un nouveau Plan de prévention des risques d'inondation de la commune, publié par la préfecture (voir la carte ci-dessous), change la donne. "Et encore, il n'y a que la route d'accès à l'hôpital qui se retrouve en zone inondable", assure-t-on à la mairie.

   
    (PREFECTURE DE L'AUDE / FRANCEINFO)

Selon Alain Guinamant, le directeur de l'hôpital, toutes les conditions ont été respectées dans la construction du centre hospitalier : "Pour obtenir les permis, il a fallu satisfaire aux prescriptions très strictes de la loi [notamment de la loi sur l'eau adoptée à la suite des inondations de 1999]." Alain Guinamant explique par exemple que le terrain a été surélevé de 4 mètres, "ce qui a nécessité l'équivalent de 22 000 semi-remorques" de remblai. Il ajoute que les cours d'eau situés à proximité ont été drainés et que des bassins de rétention ont été créés "pour étaler le flux de l'eau".

Le changement climatique mis en cause

Toutes ces dispositions techniques étaient censées éviter une inondation de l'hôpital en se basant sur des estimations établies à partir de la crue centennale, rappelle Jean-François Desbouis, directeur départemental des territoires et de la mer à la préfecture de l'Aude : "Le projet est conforme à l'analyse des risques du Plan de prévention des risques et aux préconisations de mise en sécurité." Mais il rappelle que tout n'est pas prévisible, notamment en raison du dérèglement climatique : "On prend des précautions, on prend toujours une marge, mais on n'est pas en mesure de savoir comment le changement climatique peut faire varier la hauteur de l'eau lors d'une inondation."

Est-ce que cela était prévisible ? A mon sens, non. Est-ce que cela s'est produit ? Oui.Jean-François Desbouis, directeur départemental des territoires et de la mer à la préfecture de l'Audeà franceinfo

Tous les acteurs impliqués dans le dossier assurent que des mesures vont être étudiées pour éviter qu'une telle inondation ne se reproduise. "On tire les leçons des derniers épisodes pour intégrer les nouveaux éléments afin de mieux prévenir les risques. On est en perpétuelle évolution", assure Jean-François Desbouis.

L'hôpital réclame notamment un deuxième accès par la route pour éviter de se retrouver bloqué comme lundi dernier. La mairie semble prête à financer cet effort. Le centre hospitalier va sans doute devoir prendre aussi de nouvelles mesures d'aménagement, alors que son déficit, selon la direction, s'élève à environ 5 millions d'euros en 2018.