EN IMAGES. Vague de huit mètres, chutes de neige, inondations… La tempête Gloria frappe le sud de la France et l'Espagne

Après avoir fait quatre morts en Espagne, la tempête s'abat sur l'Aude et les Pyrénées-Orientales, placés en vigilance orange "pluie-inondation". Des chutes de neige abondantes et de fortes pluies sont prévues cet après-midi.

Des fortes vagues provoquées par la tempête Gloria, à Perpignan (Pyrénées-Orientales), le 21 janvier 2020.
Des fortes vagues provoquées par la tempête Gloria, à Perpignan (Pyrénées-Orientales), le 21 janvier 2020. (MAXPPP)

Risque d'avalanche, montée des eaux, foyers privés d'électricité... Après avoir durement frappé l'Espagne, où elle a fait quatre morts, la tempête Gloria souffle sur  la France. Météo France a placé l'Aude et les Pyrénées-Orientales en vigilance orange "pluie-inondation", mercredi 22 janvier.

>> Vigilance météo, perturbations, dégâts… Suivez la tempête Gloria en direct

Quelque 23 000 foyers étaient privés d'électricité, mercredi matin, dans les Pyrénées-Orientales après une "grosse coupure" de courant. De fortes chutes de pluie et de neige sont encore attendues dans l'après-midi. Franceinfo fait le point sur les premiers effets de la tempête en France et en Espagne.

Des inondations dans les Pyrénées-Orientales

Soufflée par de forts vents, la côte catalane française a été battue pas les vagues. A Argelès-sur-Mer, le quartier du Racou, situé dans une anse faisant la jonction entre plage sableuse et côte rocheuse, a été particulièrement touché. "L'eau est entrée dans la maison, on ne s'y attendait pas du tout. On a pu récupérer les vêtements qui étaient au-dessus des placards, on a tout perdu", a expliqué à l'AFP Prudence Kancola, 40 ans, qui habite avec son mari et sa fille de 7 ans dans une maison située sur le front de mer.

Dès lundi soir, entre 50 et 80 personnes avaient quitté leurs logements, de leur propre chef ou à la demande de la mairie. "Nous avons eu droit à une relative accalmie cette nuit, qui a permis aux cours d'eau de s'écouler, explique, mercredi matin, Antoine Parra, maire d'Argelès-sur-Mer. Ce matin, la pluie a repris, le vent aussi. Nous sommes inquiets pour les heures qui viennent".

Prise entre la mer et la montagne, la station balnéaire fait face à la fois aux pluies abondantes et à la fonte des neiges. "Tout cela arrive dans les cours d'eau assez torrentiels, qui en plus ne peuvent pas s'écouler dans la mer, qui est haute et forte. Ce sont des paramètres qui sont réunis pour que ça ne se passe pas très bien", s'inquiète l'élu. Il demande aux habitants "de ne pas faire de bêtise, de ne sortir qu'en cas d'absolue nécessité et surtout de ne pas s'approcher des cours d'eau ou des rivages".

Ces intempéries ont aussi provoqué des perturbations dans les transports, avec une dizaine de routes coupées à cause des inondations ou des éboulements. C'est notamment le cas de la route côtière D114, qui a été fermée entre les stations balnéaires de Cerbère et Banyuls-sur-Mer. Cette commune du littoral a été le théâtre d'une impressionnante accumulation d'écume.

De la neige abondante sur les hauteurs

Dans les Pyrénées-Orientales, il est tombé jusqu'à 60 centimètres de neige sur les hauteurs. Depuis le début de l'épisode, les pompiers ont pratiqué 87 interventions, la plupart du temps pour des événements sans gravité. Mardi, la circulation sur l'autoroute A9 a été perturbée par les chutes de neige. 

A 8 heures, mercredi matin, 23 000 foyers étaient privées d'électricité dans le secteur du Conflent, au-dessus de Prades, à la suite d'un incident. Selon le réseau RTE, plus personne n'était touchée en milieu de matinée. Dans la nuit de mardi à mercredi, 1 266 foyers ont également été privés de courant dans le secteur d'Arles-sur-Tech et d'Amélie. Ils étaient encore 200 en fin de matinée.

Météo France a en outre alerté, mardi, sur les "très forts" risques d'avalanche, essentiellement dans le massif du Canigou, la "montagne sacrée" des Catalans. L'"activité avalancheuse" attendue au cours de la journée de mercredi est observée en moyenne tous les dix ans. "Des avalanches de taille moyenne, voire grande,  pourront atteindre des routes et des infrastructures de montagne", prévient Météo France.

La côte catalane frappée par les vagues

Avant de se diriger vers la France, la tempête Gloria a durement touché le nord-est de l'Espagne, où quatre personnes sont mortes. A Barcelone, des vagues de quatre mètres de haut ont surplombé le port.

La Generalitat a recommandé aux habitants de ne pas approcher les plages de la ville et aux professionnels de ne pas prendre la mer. 

Plus au nord, à L'Escala – station balnéaire située à quelques dizaines de kilomètres de la frontière française – les vagues ont rampé le long des falaises pour atteindre les habitations. 

En Espagne, 220 000 foyers demeuraient sans électricité, mardi en milieu de journée. La tempête a par obligé les autorités à fermer des classes en Espagne. Dans les régions de Catalogne et de Valence (sud-est de l'Espagne), environ 170 000 élèves ne sont pas allés en cours mardi, selon les gouvernements régionaux. Les autorités portuaires de Valence ont mesuré, lundi, des vagues à 8,44 mètres de haut, un record. 

Aux Baléares, des vagues qui dépassent les immeubles

La tempête Gloria a aussi frappé les Baléares, archipel situé au large de Valence. Lundi, les îles espagnoles ont été placées en alerte rouge par l'Agence météorologique espagnole et, mardi, des vagues gigantesques ont balayé l'île de Majorque.

Dans le quartier de Porto Colom, sur la commune de Felanitx, les vagues ont englouti des immeubles, pourtant hauts de quatre étages.