Cet article date de plus de sept ans.

La Réunion : le cyclone Bejisa fait un mort, l'alerte rouge est levée

Après avoir fait un mort et une seize de blessés, dont deux graves, le cyclone s'est éloigné de l'île, où la préfecture a annoncé la levée de l'alerte rouge vendredi matin. Les habitants constatent les dégâts.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Le cyclone Bejisa a durement touché La Réunion, comme ici dans la ville du Port, le 2 janvier 2014.  (RICHARD BOUHET / AFP)

C'est sonnée que La Réunion s'est réveillée vendredi 3 janvier au matin, après le passage du cyclone Bejisa qui a balayé l'île pendant près de 24 heures. Le préfet Jean-Luc Marx a annoncé que "les conditions météorologiques s’améliorent sensiblement" et que l'alerte rouge était levée depuis 9 heures, heure locale (6 heures, heure de Paris). Le cyclone, lui, s'éloigne vers le sud, comme l'explique Réunion 1ère, après avoir frôlé la côte ouest de l'île.

Jean-Luc Marx a par ailleurs annoncé qu'une octogénaire avait été retrouvée morte dans son jardin à Saint-Leu, commune particulièrement frappée par les vents violents, atteignant parfois 200 km/h, qui ont secoué La Réunion. Interrogée sur le sort d'une autre personne dont certains médias ont annoncé la mort, il a répondu: "je ne confirme pas", parlant d'une "annonce prématurée"Jusqu'ici, le bilan humain fait état de 16 personnes blessées, dont deux grièvement.

Des dégâts importants

Après la levée de l'interdiction de circuler, les habitants ont pu constater les dégâts. Des dizaines de maisons en bois ont perdu leur toit ou ont été inondées par la montée des eaux. Le réseau routier, jonché d'arbres déracinés, de fils électriques, de branchages ou submergé par les eaux, était impraticable dans de nombreuses communes, principalement dans l'ouest.

CLARISSE FORTUNE - FRANCE 2

La prudence reste de mise

Le préfet a enfin annoncé que la levée de l'alerte rouge ne devait pas empêcher les habitants de l'île de rester extrêmement prudents. "Des incidents dramatiques peuvent se produire à la suite d'une baisse de la vigilance", rappelle la préfecture. Ainsi, il est demandé aux résidents de limiter leurs déplacements au maximum, de ne pas dépasser les 50 km/h lorsqu'ils circulent et de ne pas trop solliciter le réseau électrique.

Pour l'heure, 171 000 personnes sont toujours privées d'électricité et 40 % des abonnés restent privés d'eau courante. Par ailleurs, selon la préfecture, "l'eau distribuée dans de nombreux secteurs de l’île demeure impropre à la consommation du fait des perturbations".

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.