Tempête Gloria : pas de blessé ni de dégâts majeurs dans les Pyrénées-Orientales, une légère décrue a commencé

"Depuis minuit nous assistons à une décrue du lit de la rivière Agly", s'est félicité jeudi le maire de Rivesaltes. Un phénomène général, selon les pompiers des Pyrénées-Orientales. Mais des pluies sont encore attendues, Météo France a maintenu pour la journée la "vigilance rouge crue" pour les fleuves Agly et Aude.

L\'Agly en crue au niveau des gorges de la fou sur la commune de Saint-Paul-de-Fenouillet, le 22 janvier 2020.
L'Agly en crue au niveau des gorges de la fou sur la commune de Saint-Paul-de-Fenouillet, le 22 janvier 2020. (NICOLAS PARENT / MAXPPP)

La décrue a commencé, jeudi 23 janvier au matin dans le département des Pyrénées-Orientales, a confirmé sur France Bleu Roussillon le patron des pompiers du département, le général Jean-Pierre Salles-Mazou. "Tout est à la décrue. Sur l’Agly, on est passés d'un débit de 1 000 mètres cubes par seconde à un peu plus de 750 mètres cubes par seconde. Le niveau a baissé, c'est la même chose sur l'ensemble des autres fleuves", a détaillé Jean-Pierre Salles-Mazou.

"Ce matin, nous sommes rassurés, puisque depuis minuit nous assistons à une décrue du lit de la rivière Agly. Elle est descendu de 1m50", a témoigné le maire de Rivesaltes, André Bascou, sur franceinfo.

>> Suivez notre direct sur l'évolution de la tempête Gloria

Après la nuit redoutée de mercredi à jeudi, il n'y a eu ni blessé ni dégâts importants. Un homme de 84 ans, qui était porté disparu, a été retrouvé frigorifié mais sain et sauf, à Montesquieu-des-Albères. Le commandant des pompiers a toutefois appelé la population à rester vigilante. "Dans ces phases-là où le pire est derrière nous, on a tendance à vouloir relâcher la pression, et c'est là qu'il peut y avoir des prises de risques inutiles".

La plupart des personnes évacuées ont regagné leur foyer

"La montée de crue a été très rapide, presque 1 cm par minute. Nous avons dû évacuer dans les quartiers les plus sensibles et recueillir dans un bâtiment communal les personnes qui n'avaient pas d'autres possibilités, a expliqué relate André Bascou, le maire de Rivesaltes. Nous avons accueilli 70 personnes qui ont passé la nuit, qui ont pris le petit déjeuner et qui ont pu rentrer chez elles ce matin". En tout, près de 2 000 habitants ont été évacués dans les Pyrénées-Orientales et l'Aude. 

À Limoux dans l'Aude, des maisons du centre-ville avaient "pratiquement deux mètres d'eau à l'intérieur, a témoigné Pierre Durand, premier adjoint au maire et directeur opérationnel de la cellule de crise mise en place dans la ville, où l'Aude a débordé mercredi. 200 personnes ont été évacuées, 80 d'entre elles ont été placées dans des logements d'accueil ou des hôtels". Les écoles sont restées fermées jeudi matin et les transports urbains arrêtés.

1 058 foyers étaient par ailleurs privés d'électricité dans les Pyrénées-Orientales, sur les communes d'Ille sur Têt, Néfiach, Clara-Villerach et Taurinya. Des coupures de courant dues principalement à des chutes d'arbres sur des lignes électriques.

Plusieurs éboulements ont conduit à la coupure partielle de plusieurs routes (RD 27 et RN 116), avec des déviations mises en place. Une quarantaine de routes départementales restaient fermées ou coupées en raison d'inondations, d'éboulements ou d'arbres tombés sur la chaussée.

Les pluies ont repris

Météo-France a maintenu pour la journée de jeudi la "vigilance rouge crue" sur les départements des Pyrénées-Orientales et de l'Aude, pour les fleuves Agly et Aude, respectivement au nord de Perpignan et au sud de Carcassonne. Les niveaux des cours d'eau pourraient être "similaires à ceux atteints au plus fort de l'évènement", a averti de son côté la préfecture des Pyrénées-Orientales. Avec le redoux, la fonte de la neige - une quantité importante de neige, plus de 1m30 en trois jours - contribue également à augmenter le débit des cours d'eau.

Si la décrue a "rassuré" le maire de Rivesaltes, il a dit, sur franceinfo, s'attendre toutefois "à une remontée de la rivière dans les prochaines heures", car la pluie est de retour. "Les pluies ont repris avec une intensité assez forte" depuis 7h30, a confirmé Jacques Bayona, le maire de Saint-Paul-de-Fenouillet, près de Perpignan qui a dit craindre que "ça remonte très rapidement" car "les sols sont saturés". Pour l'heure, "à part des inondations de caves, il n'y a pas de dégâts importants à déplorer", a rapporté l'élu.