Réchauffement climatique : de nouvelles espèces pour sauver les forêts

Face au réchauffement climatique, les forêts du nord et de l'est de la France souffrent : elles ont besoin de se réinventer avec l'implantation de nouvelles espèces, comme le cèdre. 

France 2
#AlertePollution

Rivières ou sols contaminés, déchets industriels abandonnés… Vous vivez à proximité d’un site pollué ?
Cliquez ici pour nous alerter !

Des arbres rougis et desséchés par la chaleur sont visibles dans le nord-est de la France : les épicéas sont les victimes du réchauffement climatique. Il n'y a qu'une solution : les couper. Dans le Doubs, ils sont quasiment tous condamnés à court terme ; un déchirement pour les forestiers. Affaiblis par la sécheresse, les résineux ont succombé aux attaques d'insectes mangeurs de bois. Un phénomène ancien, mais qui s'accentue avec le réchauffement climatique. 

Le cèdre à la rescousse de la forêt française  

Alors, comment sauver la forêt ? Depuis quelques années, la récolte du fruit des cèdres, le cône, s'intensifie car l'espèce porte en elle une partie de l'avenir de la forêt française. "On a besoin à la fois d'espèces qui résistent au climat d'aujourd'hui, parce qu'il y a encore du froid, des gelées et de la neige dans certaines zones, mais aussi au climat de demain", indique Brigitte Musch, conservatrice génétique des arbres forestiers à l'ONF (Office National des Forêt). Le cèdre présente bien ces deux caractéristiques. Les graines sont de plus en plus demandées partout en France, y compris dans des territoires à coloniser.

Le JT
Les autres sujets du JT
Ban-sur-Meurthe-Clefcy, dans les Vosges, le 18 août 2020.
Ban-sur-Meurthe-Clefcy, dans les Vosges, le 18 août 2020. (JEAN-CHRISTOPHE VERHAEGEN / AFP)