Lutte contre le réchauffement climatique : comment calculer et réduire son empreinte carbone ?

Si la lutte contre le réchauffement climatique est d'abord une affaire collective et politique, elle se joue aussi à l'échelle individuelle. Franceinfo vous donne les clés pour calculer votre impact personnel sur le climat de notre planète et quelques pistes pour le réduire.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 6 min.
Franceinfo vous explique comment calculer et réduire votre empreinte carbone. (JESSICA KOMGUEN / FRANCEINFO)

Tous les jours, en prenant notre voiture, en mangeant un steak ou en regardant une série sur internet, nous émettons du CO2, l'un des principaux gaz à effet de serre (GES). Ce mode de vie, construit sur la combustion d'énergies fossiles comme le pétrole ou le charbon, a un impact direct sur le climat de notre planète. En brûlant ces ressources, nous relâchons des quantités extraordinaires de gaz à effet de serre dans l'atmosphère. Sous l'effet de nos émissions, le climat se réchauffe et risque de rendre notre planète inhabitable à l'horizon 2100.

>> Cet article fait partie de l'opération spéciale #MontéeDesEaux lancée par franceinfo à l'occasion de la COP26

Cet avenir n'est pas une fatalité. S'il n'est plus possible d'arrêter et d'inverser ce réchauffement, nous pouvons encore limiter la casse, dans des proportions importantes. Le monde du scénario le plus optimiste du Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (Giec) – moins de 2 °C de réchauffement, une montée des mers limitée à 28 cm – est bien plus vivable que celui vers lequel nos émissions nous dirigent – jusqu'à 5,7 °C de réchauffement, et une montée du niveau marin autour d'un mètre.

Cela passe avant tout par des décisions collectives et politiques, mais également, dans une moindre mesure, par des actions individuelles. "Il faut à la fois faire des actions individuelles, même si elles sont parfois symboliques, parce que cela nous met en mouvement (…) et il faut que du point de vue des pouvoirs publics, les bonnes décisions soient prises", estime le climatologue Gilles Ramstein, coauteur du livre Le Climat en 100 questions (Tallandier, 2020) et du podcast du même nom. "C'est sûr que des citoyens bien informés, qui font déjà ce qu'ils peuvent à leur niveau, seront plus à même de pousser sur le politique."

>> En France, la crise climatique est là : immersion dans ces villes menacées par la #MontéeDesEaux

Pour vous guider dans cette voie, franceinfo vous explique comment calculer et réduire votre impact sur le climat de la planète.

1Avoir recours à un calculateur d'empreinte carbone

C'est l'étape incontournable de toute réflexion sur son empreinte carbone. Ce terme désigne la quantité de gaz à effet de serre directement liée à votre mode de vie : la nourriture que vous consommez, les moyens de transport que vous utilisez, l'énergie nécessaire à la fabrication de vos vêtements ou au chauffage de votre logement, etc. Elle tient compte à la fois de vos émissions sur le territoire national et de celles liées à la fabrication à l'étranger d'objets que vous utilisez ici (votre smartphone fabriqué en Chine, par exemple). La calculer permet d'identifier vos principaux postes d'émissions et donne des pistes d'économies.

Pour ce faire, plusieurs calculateurs en ligne existent. Le plus simple d'utilisation, le plus complet et le plus transparent est celui de l'Agence de la transition écologique (Ademe), baptisé Nos gestes climat. Il ne permet pas un calcul de votre impact au gramme de CO2 près (aucun outil n'est assez précis pour le faire) mais vous donne un ordre de grandeur suffisant pour agir. Vous pouvez l'utiliser directement ci-dessous.

2Savoir se situer par rapport au reste du monde 

Comme l'indique le simulateur de l'Ademe, l'empreinte carbone moyenne d'un(e) Français(e) est aujourd'hui de 11 tonnes de CO2 par an. Si vous êtes en dessous de ce chiffre, vous êtes sur la bonne voie. Mais probablement encore loin du compte pour limiter le réchauffement à 2 °C, objectif fixé par l'accord de Paris de 2015. "En tenant compte de l'évolution de la population mondiale d'ici 2100 et en respectant une répartition strictement égalitaire de la quantité de CO2 qu'il resterait à émettre, le 'budget' CO2 de chaque Terrien devrait être compris entre 1,6 tonne (hypothèse basse) et 2,8 tonnes (hypothèse haute) de CO2 par an entre aujourd'hui et 2100", peut-on lire dans la Stratégie nationale bas carbone, le plan guide du gouvernement pour limiter les émissions de GES.

Où nous situons-nous par rapport au reste du monde ? De nombreux chiffres, basés sur des périmètres de calculs différents, circulent. En octobre 2020, dans un rapport intitulé "Maîtriser l'empreinte carbone de la France", le Haut Conseil pour le climat (HCC) avait jugé, en se fondant sur les dernières données disponibles de 2012, que la France avait "une empreinte carbone plutôt faible parmi les pays développés" mais nettement au-dessus du reste du monde. "Avec 10,0 tonnes équivalent CO2 par habitant en 2012, son niveau est en effet entre celui des pays émergents (par exemple la Chine, le Brésil ou le Mexique, compris entre 6,1 tonnes équivalent CO2 et 7,2 tonnes équivalent CO2) et celui d'autres pays développés hors UE (par exemple les Etats-Unis, le Canada et l'Australie ont une empreinte supérieure à 19,5 tonnes équivalent CO2)", indiquait le HCC. La France ne fait donc pas partie des pires élèves en matière de CO2, mais elle reste très loin du niveau à atteindre pour respecter l'accord de Paris et limiter le réchauffement climatique.

3Faire des choix pour réduire son impact

A la fin de votre calcul, le simulateur de l'Ademe vous propose plusieurs moyens de réduire votre empreinte, en fonction de votre résultat. "Arrêter l'avion", "aller au travail en covoiturage", "manger deux fois moins de viande" ou "devenir végétarien"… Vous constaterez que changer de moyen de transport – le train plutôt que l'avion, le vélo ou le bus plutôt que la voiture – et de régime alimentaire – moins de viande, moins de produits laitiers, plus de légumes – sont les leviers les plus efficaces à l'échelle individuelle pour diminuer son empreinte carbone.

Pour transporter un passager sur un kilomètre en avion, il faut en effet 144,6 grammes de CO2, contre 85,5 pour la voiture particulière et 3,2 pour le TGV, selon les chiffres de l'Ademe. Pour produire un plat à base de viande, il faut 137,39 grammes de CO2, contre 15,7 pour un plat à base de légumes, selon la même source.

Ce ne sont pas les seuls leviers : changer de banque, consommer local, consommer moins, regarder moins de vidéos sur internet, chauffer son logement à 19 °C, télétravailler quelques jours par semaine sont d'autres pistes pour faire baisser son empreinte carbone. Pour vous aider dans cette démarche, vous pouvez utiliser les applications WAG, développée par le WWF, ou 90 jours, mise au point par des militants écologistes.

Au-delà de ces gestes, la réponse au changement climatique sera aussi collective et politique. Dans une étude publiée en juin 2019, le cabinet de conseil spécialisé Carbone 4 a évalué le poids de l'action individuelle par rapport à l'action collective. La première ne permettait qu'une réduction de 20% à 45% de nos émissions de GES. "L'impact de l'action individuelle n'est pas du tout négligeable, commentaient les auteurs de l'étude. Mais force est de constater que même un comportement 'héroïque' généralisé ne peut permettre une baisse suffisante pour respecter l'objectif de 2 °C de l'accord de Paris."

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Climat

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.