L’invité du Soir 3 : Sebastian Copeland, lanceur d’alerte pour la planète

Le photographe Sebastian Copeland est l’invité du Soir 3. Alors qu’il présente une exposition et rétrospective de ses photos à Paris, il revient sur les changements climatiques qui ont marqué ces dernières années.

Quand le climat se dérègle, quand la planète sature de toute part, il est nécessaire d’en parler. Le photographe Sebastian Copeland présente une rétrospective qui retrace 20 ans d’expédition de l’arctique à l’antarctique, un monde qui disparaît à découvrir sur les grilles du jardin du Luxembourg.
Une exposition plaidoyer ou testament ? "C’est une exposition plaidoyer parce qu’il y a de l’espoir, ça traite des grands sujets, de la perte de la glace dans les régions polaires, de leurs conséquences socio-économiques, géopolitiques, mais ça incite aussi aux solutions socio-économiques", explique-t-il.

Cri d'alarme pour l’humanité

Quel constat faire depuis 20 ans alors ? "La dégradation est flagrante dans le nord, la perte de la glace gelée sur l’océan arctique est quelque chose qui a trouvé une articulation depuis une trentaine d’années et qui empêche les expéditions comme je les ai faites il y a dix ans", regrette Sebastian Copeland.
"La glace est le précurseur de problèmes globaux, de changements climatiques qui nous affectent tous. C’est un cri d’alarme urgent pour l’humanité", poursuit-il.
Y’a-t-il encore de l’espoir ? "Il faut sortir d’une mentalité binaire qui sépare l’économie et l’écologie. (…) il y a une nouvelle génération politique, il faudrait qu’elle s’énergise sur la question".

Le JT
Les autres sujets du JT
Des scientifiques font des prélèvements dans l\'océan Arctique, le 12 juillet 2011. 
Des scientifiques font des prélèvements dans l'océan Arctique, le 12 juillet 2011.  (KATHRYN HANSEN / NASA / REUTERS)