Environnement : 200 maires appellent à la neutralité carbone dans l'Union européenne d'ici à 2050

L'Union européenne s'est déjà engagée à réduire d'ici 2030 ses émissions de gaz à effet de serre de 40%, par rapport à leur niveau de 1990. Elle doit présenter en 2020 sa stratégie de long terme pour le milieu du siècle.

Sur le périphérique de Toulouse, le 27 juin 2018.
Sur le périphérique de Toulouse, le 27 juin 2018. (PASCAL PAVANI / AFP)
#AlertePollution

Rivières ou sols contaminés, déchets industriels abandonnés… Vous vivez à proximité d’un site pollué ?
Cliquez ici pour nous alerter !

Objectif : zéro émission nette de CO2 dans trente ans. Dans une lettre ouverte publiée à deux jours d'un sommet européen en Roumanie, plus de 200 maires européens appellent, mardi 7 mai, l'Union européenne à adopter un objectif de neutralité carbone pour 2050. 

Paris, Milan, Londres, Séville, ou encore Stockholm, Amsterdam, Athènes, Stuttgart et Oslo... Les maires de 210 villes européennes – UE et hors UE – s'associent "pour exhorter" les dirigeants européens à "engager [l'UE] dans une stratégie climatique de long terme visant un niveau net d'émissions nul d'ici 2050", lors du sommet du 9 mai à Sibiu (Roumanie).

L'Union européenne s'est engagée à réduire d'ici 2030 ses émissions de gaz à effet de serre de 40% par rapport à leur niveau de 1990. Elle doit présenter en 2020 sa stratégie de long terme pour le milieu du siècle, afin de respecter les engagements pris dans le cadre de l'accord de Paris sur le climat.

La neutralité carbone, "seule option viable"

Fin novembre, la Commission européenne a présenté sa stratégie pour atteindre la "neutralité climatique" d'ici 2050, c'est-à-dire zéro émission nette de CO2. Les maires estiment dans leur lettre que la position de la Commission est "la seule option viable pour l'avenir de l'Europe et du monde". "Nous pensons maintenant que le Conseil européen a une occasion unique de concrétiser cette vision", écrivent-ils.

En mars, les Etats membres avaient eu une courte discussion sur le climat lors d'un sommet à Bruxelles, adoptant des conclusions jugées par le président français, Emmanuel Macron, comme "éminemment insuffisantes".

"Les dirigeants européens doivent mettre de côté leurs différences pour prendre les décisions ambitieuses et courageuses nécessaires en matière d'action climatique", a commenté dans un communiqué la maire de Paris, Anne Hidalgo, qui préside l'alliance des grandes villes pour le climat, C40. "L'Europe se doit d'être à l'avenir un leader mondial de la question climatique. Les générations futures ne nous pardonneront pas si nous n'agissons pas alors que nous en avons encore le temps."