Cet article date de plus de deux ans.

En images "Phoque le réchauffement climatique", "la planète est plus chaude que ta meuf"... Quand les jeunes marchent pour le climat à Paris

Environ un millier de jeunes ont défilé vendredi dans la capitale pour le climat, derrière l'adolescente suédoise Greta Thunberg, devenue l'égérie de la lutte contre le réchauffement climatique.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 3 min.
Des jeunes manifestent contre le réchauffement climatique, le 22 février 2019, à Paris. (LIONEL BONAVENTURE / AFP)

"Réchauffez les cœurs, pas la planète", "Phoque le réchauffement climatique", "La planète est plus chaude que ta meuf"... Tous ces slogans ont été affichés dans le défilé pour le climat, organisé vendredi 22 février, et auquel environ un millier de jeunes ont participé. Un chiffre en hausse par rapport au vendredi précédent. Il faut dire que cette opération accueillait l'adolescente suédoise Greta Thunberg, devenue l'égérie de la lutte contre le réchauffement climatique.

La jeune fille, qui s'installe tous les vendredis devant le Parlement suédois pour réclamer plus d'actions du gouvernement contre le réchauffement climatique, a inspiré des milliers de jeunes qui ont manifesté entre autres en Allemagne, Australie, Grande-Bretagne et donc en France.

"Sauve la Terre, mange un lobbyiste"

Encadrés par des forces de l'ordre en nombre, les jeunes manifestants sont partis de la place de l'Opéra à Paris avec des pancartes dont les slogans attirent l'attention : "Sauve la Terre, mange un lobbyiste" ou "Water is coming".

Une jeune fille avec une pancarte pendant la marche pour le climat, le 22 février 2019, à Paris. (LIONEL BONAVENTURE / AFP)

Plusieurs lycéens et étudiants prennent part à la marche pour le climat, le 22 février 2019, à Paris. (LIONEL BONAVENTURE / AFP)

Un jeune prend part à la marche pour le climat, le 22 février 2019, à Paris. (LIONEL BONAVENTURE / AFP)

Après avoir brandi leurs pancartes, ils ont scandé d'autres slogans, comme "Rejoignez-nous, ne nous regardez pas" et "Et un, et deux, et trois degrés, c'est un crime, contre l'humanité", selon une journaliste du Monde sur place.

"Des poissons, pas du plastique !"

Les jeunes ont ensuite pris la direction de la place de la République, toujours en brandissant des pancartes. Ils sont arrivés un peu moins de deux heures plus tard.

"J'ai déjà fait une marche pour le climat avec mon père mais c'est la première fois que je viens seule. J'ai vu des discours de Greta Thunberg et elle a raison, c'est notre avenir qui est en jeu", insiste de son côté Adèle, 15 ans, interrogée par l'AFP. "J'ai l'impression que certains jeunes ne se sentent pas concernés, mais le mouvement grandit", ajoute-t-elle, portant une pancarte avec pour slogan "Des poissons, pas du plastique !"

Quelques personnalités comme l'actrice Juliette Binoche, l'eurodéputé écologiste Yannick Jadot ou la maire de Paris Anne Hidalgo se sont joints à eux.

"Nous continuerons à faire grève"

Mais le mouvement est plus timide en France. Le 15 février, pour la première mobilisation, ils étaient environ 200 lycéens et étudiants à bloquer la circulation devant le ministère de la Transition écologique. "Il y a eu d'autres mouvements sociaux très présents" en France, tente d'expliquer, vendredi, Romaric Thurel, 22 ans. Le coordinateur de Youth for climate France met en avant la mobilisation des "gilets jaunes". Certains jeunes ont tenté de faire le trait d'union entre les revendications des deux mouvements.

"Nous continuerons à faire grève toutes les semaines", a promis Greta Thunberg à la fin de la manifestation. Les jeunes français visent surtout le 15 mars, date à laquelle la jeune suédoise appelle à une "grève mondiale pour le futur".

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Climat

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.