En deux siècles, l'humanité va annuler 3 millions d'années de refroidissement du climat

Si les émissions de CO2 continuent au rythme actuel, les chercheurs estiment aussi que d'ici à 2150, la Terre sera revenue 50 millions d'années en arrière.

Le barrage de Theewaterskloof (Afrique du Sud), pratiquement asséché, le 10 mai 2017. Il fournit habituellement une grande partie de l\'eau potable de la ville du Cap.
Le barrage de Theewaterskloof (Afrique du Sud), pratiquement asséché, le 10 mai 2017. Il fournit habituellement une grande partie de l'eau potable de la ville du Cap. (RODGER BOSCH / AFP)
#AlertePollution

Rivières ou sols contaminés, déchets industriels abandonnés… Vous vivez à proximité d’un site pollué ?
Cliquez ici pour nous alerter !

Le climat de la Terre devrait ressembler d'ici à 2030 à celui d'il y a trois millions d'années. C'est ce qu'ont calculé des chercheurs qui publient une étude, lundi 10 décembre, dans les comptes-rendus de l'Académie américaine des sciences (en anglais). La charmante période en question est celle du milieu du Pliocène, quand le climat était aride, les Amériques du Nord et du Sud n'étaient pas encore jointes, le Groenland n'était pas encore glacé et le niveau des océans était 18 mètres plus haut. Les températures étaient 1,8 à 3,6°C plus élevées qu'aujourd'hui.

"Nous allons vers des changements très spectaculaires dans un temps extrêmement court", prévient Jack Williams, professeur de géographie et expert en paléo-écologie et climatologie à l'université du Wisconsin à Madison.

"De nombreuses espèces vont disparaître"

Si les émissions de CO2 continuaient au rythme actuel, les chercheurs estiment aussi que d'ici à 2150, la Terre sera revenue 50 millions d'années en arrière, à l'aube de l'évolution des premiers mammifères (les dinosaures ont disparu il y a 65 millions d'années).

Les calottes glaciaires mettent très longtemps à fondre, donc le Groenland ne redeviendra pas vert dès le siècle prochain, explique Jack Williams à l'AFP. Et les océans ne remonteront pas de 18 mètres. Mais la soudaineté du réchauffement devrait prendre par surprise des espèces qui ont mis des millions d'années à évoluer jusqu'à leur forme actuelle. "Beaucoup de choses se sont passées dans l'histoire de la Terre – de nouvelles espèces sont apparues, des espèces survivent. Mais de nombreuses espèces vont disparaître, et nous vivons sur cette planète, rappelle Jack Williams sur le site de l'université de Madison (en anglais). C'est préoccupant, et cette étude nous montre comment nous pouvons utiliser l'histoire de la Terre pour comprendre les changements actuels et nous y adapter au mieux."