COP21 : un accord qui ne fait pas l'unanimité

Le texte accepté samedi par les 195 pays lors de la COP21 ne prendra effet qu'en 2020, alors que beaucoup réclament des mesures immédiates.

Paris ne sera pas Copenhague. Avec l'accord trouvé samedi 12 décembre en clôture de la COP21, François Hollande tient ce succès qu'il a toujours voulu laisser comme trace de son quinquennat. Pour la première fois, 195 états ont ratifié le même texte. "Le 12 décembre 2015 restera une grande date pour la planète", a commenté François Hollande. Barack Obama a lui aussi salué l'événement. Le groupe des 77 pays en voie de développement redoutait que les plus riches se payent une conscience verte sur le dos des plus pauvres, mais leur représentante est rassurée. "Cet accord est équilibré. C'est le meilleur que nous puissions avoir en ce moment historique", a expliqué Edna Molewa, ministre de l'Environnement sud-africaine.

Des flous persistent

Une unanimité de principe qui dissimule une joie diversement partagée. "Nous pensons que l'accord aurait pu être plus ambitieux. Les actions des pays développés sont bien en dessous de leur responsabilité historique et de leur devoir de solidarité", alerte Prakash Javadekar, ministre de l'Environnement indien. Même réserve chez certaines ONG qui dénoncent un flou sur la façon de limiter le réchauffement climatique.

Le JT
Les autres sujets du JT
L\'entrée du Parc des Expositions du Bourget (Seine-Saint-Denis), où se tient la COP21, le 25 novembre 2015. 
L'entrée du Parc des Expositions du Bourget (Seine-Saint-Denis), où se tient la COP21, le 25 novembre 2015.  (ALAIN JOCARD / AFP)