Cet article date de plus de quatre ans.

Climat : deux satellites vont mesurer les émissions de gaz à effet de serre depuis l'espace

Merlin et Microcarb sont présentés mardi à la COP21. Ils seront chargés d'observer les émissions de gaz à effet de serre depuis l'espace.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Image d'illustration présentant la Terre depuis l'univers.  (MOPIC / AWO / AFP)

Les satellites sont de véritables vigies du climat. Mardi 8 décembre, le Centre national d'études spatiales (CNES) présente Merlin et Microcarb, deux projets de satellites chargés de scruter le climat depuis l'espace.

Dans le cadre de la COP21, en présence du secrétaire d'Etat chargé de la Recherche, Thierry Mandon, et de son homologue allemand, le Cnes a détaillé ces deux projets, qui permettront de mesurer avec précision les engagements des Etats à réduire leurs émissions de gaz à effet de serre à l'issue de la conférence environnementale.

Mesurer les émissions de méthane et le CO2

Merlin devra être mis en orbite en 2020 et sa mission sera de mesurer les émissions de méthane. "La contribution de ce gaz au réchauffement climatique est 25 fois plus élevée que celle du CO2", explique au Dauphiné Pascale Ultré-Guérard, responsable du programme Sciences de la Terre, environnement, climat au Cnes. Il pèsera 400 kilos et utilisera un instrument appelé Lidar, qui émettra des "tirs lasers" vers la surface de la Terre puis analysera le signal réfléchi pour en déduire la quantité de méthane présente dans l'atmosphère. Microcarb devra lui mesurer les émissions de CO2 des pays.

Chacun des satellites mesurera environ un mètre, et coûtera "environ 150 millions d'euros. Il passera tous les quatre jours au-dessus du même endroit pour fournir une image fiable et précise", explique Jean-Yves Le Gall, le président du CNES, au Parisien. In fine, le projet est de pouvoir établir des cartes comme des cartes météo avec une image exacte des nuages de méthane et de gaz carbonique. "Nous pourrons compiler des données en temps réel, à l'échelle d'une région (...) C'est une nouvelle frontière en matière d'observation du climat."

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.