Climat : les engagements des pays riches ne sont pas compatibles avec l'accord de Paris, selon une étude

L'accord conclu lors de la COP21 visait à contenir le réchauffement "bien en-deçà de 2°C" par rapport à la période pré-industrielle, et si possible à 1,5°C.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Une raffinerie à El Paso (Texas, Etats-Unis), le 10 décembre 2021. (PATRICK T. FALLON / AFP)

L'accord de Paris n'est-il qu'un vœu pieu ? La plupart des pays développés ont des ambitions climatiques incompatibles avec les objectifs de la COP21 visant à limiter le réchauffement global, selon une étude publiée mardi 6 décembre. Le site Paris Equity Checker (en anglais) a évalué leur ambitions climatiques, formalisées dans des contributions déterminées au niveau national (NDC en anglais). Chaque pays signataire de l'accord de Paris de 2015 doit les mettre à jour tous les cinq ans.

L'accord de Paris visait à contenir le réchauffement "bien en-deçà de 2°C" par rapport à la période pré-industrielle, et si possible à 1,5°C. Dans sa dernière évaluation des promesses, Paris Equity Checker estime que "la majorité des pays développés" sont toujours loin d'être alignés avec cette limite la plus ambitieuse. Celle-ci a pourtant été réaffirmée lors de la COP26 de Glasgow l'an dernier et de la COP27 en Egypte il y a quelques semaines.

Le développement des pays du Sud en question

Parmi les pays riches, les engagements de l'Union européenne sont plutôt alignés sur un réchauffement de 2,3 ou 2,5°C d'ici la fin du siècle et ceux des Etats-Unis de 3 ou 3,4°C. Ces chiffres proviennent de données scientifiques mises à jour en novembre ainsi que de données du groupe de recherche Climate Action Tracker.

Certains pays à revenus moyens souffrent pour leur part d'un manque "critique" d'efforts en matière climatique, avec des plans qui se traduiraient par un réchauffement catastrophique de 5°C ou plus. Parmi eux : la Chine, la Russie, la Turquie ou encore le Vietnam. Les pays les plus pauvres, notamment l'essentiel de l'Afrique subsaharienne, sont en revanche alignés avec l'accord de Paris. Mais le défi s'y posera également après 2030 avec leur décollage économique, ce qui nécessite "des investissements et un soutien international immédiats", souligne Paris Equity Checker.

"Cette évaluation montre l'importance du soutien international et de la collaboration pour que le Sud global puisse éviter d'avoir recours à un développement aussi intensif en carbone que les pays du Nord", a commenté Yann Robiou de Pont, chercheur pour Paris Equity Checker. "Le défi pour le Nord est de développer et mettre en œuvre des options d'atténuation [des émissions] rapides, et de fournir un soutien suffisant et juste. Le défi pour le Sud est de rester vert au-delà de 2030", résume-t-il.

Le servicemétéo
évolue  et s’enrichit

découvrir les nouveautés

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.